Rose, vous avez dit Rose

Cet article est la traduction d’un article de la marque Winsor et Newton , ne vous trouvez pas le lien d’origine en bas.
La couleur rose est nommée d’après les fleurs des espèces de dianthes, qui comprennent les œillets, les roses et le doux William.
En termes de peinture, le rose est communément connu pour être un mélange de rouge et de blanc, mais il existe de nombreuses nuances différentes: rose pâle, rose vif, rose barbe-à-papa, rose oeillet, cerise, rose corail, fuchsia , puce, rose, magenta et beaucoup plus.
Winsor & Newton a une belle gamme de roses, toutes avec des histoires intéressantes. En voici quelques-unes:
Rose de Potter
Créé à la fin des années 1700 dans le Staffordshire (un comté du centre de l’Angleterre faisant partie de la région des Midlands de l’Ouest) par un potier inconnu. Il l’utilisait comme glaçure en céramique, le Potter’s Pink a été créé en 1900 par Winsor & Newton comme couleur pour l’aquarelle avec le nom Pinkcolor . Potter’s Pink est une rose douce. C’est une semi-opaque avec des qualités de résistance à la lumière.
Carmin permanentrose vous avez dit rose
Le carmin, qui fait des nuances de rouge, est dérivé d’insectes (A · B · C · N = La cochenille) trouvé sur une variété de cactus, le figuier de Barbarie . Introduit en Europe depuis le Mexique par les flottes espagnoles, il fallait des milliers d’insectes pour fabriquer une petite quantité de colorant. Il est toujours utilisé pour colorer les tissus, le maquillage et les aliments, mais a été remplacé pour les peintures des artistes par un pigment synthétique résistant à la lumière, ce qui est plus doux pour le scarabée 😊.
Rose Madder Genuine ou Rose de Garance
Fabriqué pour la première fois par George Field, à partir de la racine de la plante «garance des teinturiers», le rose garance est un pigment fugitif, ce qui signifie qu’elle change d’apparence au fil du temps et n’est pas permanent. Field a fait une étude approfondie de la plante de garance et, en 1804, a découvert un processus plus efficace d’extraction du colorant et de fabrication d’un pigment plus fort et plus dynamique. William Winsor a compris l’importance de la recherche de Field et a acquis ses notes et expériences après sa mort en 1854. La production de Rose Madder Genuine (Rose de Garance) est toujours basée sur les recettes de Field, dont Winsor & Newton a un accès exclusif.
 
Tyrian Rose ou Rose Tirien
Tyrian (l’orthographe anglaise) provenait à l’origine d’escargots de mer, le murex, qui a été découvert par Hercules. Alors que lui et son chien marchaient sur une plage de Tyr, Hercule a remarqué une tache violette autour de la bouche du chien qui provenait des escargots qu’il mâchait. Comme il fallait des milliers d’escargots et un travail intensif pour le créer, le tyrian était à une époque le colorant le plus cher au monde et valait son poids en argent.
Rose vous avez dit rose
Voir l’article sur la couleur pourpre tirée du Murex
Quinacridone Magenta
Cette couleur est basée sur le pigment transparent de quinacridone introduit dans les années 1950. Les pigments de quinacridone sont uniques car ils ont une couleur intense tout en étant transparents et variant du jaune à l’orange, au rouge et au violet en teinte. Ce sont des pigments synthétiques qui devraient être très performants en raison de leur intensité de couleur et de leur résistance à la lumière. Les quinacridones sont très appréciées des artistes qui, une fois testés, ont vite été séduits par leurs qualités.

Rose vous avez dit rose

L’influence du rose dans la peinture et au-delà
 

L’ajout de rose peut être subtil, mais très puissant, et continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. On le retrouve tout au long de l’histoire de l’art – sur des vêtements délicats des peintures religieuses du début de la Renaissance comme L’Annonciation de Fra Angelico (1395-1455), à des pièces comme L’Acteur dans la « période rose »de Picasso (1904-06).
Après sa plus sombre «période bleue», l’œuvre de cette époque présentait des images plus heureuses d’acteurs, d’arlequins et d’interprètes dans des tons de rouge, orange et rose.
Plus tard, dans les années 1970, l’artiste new-yorkais Philip Guston (1913-1980) a représailles le rose pastel dans ses tableaux. Beaucoup de ces pièces ont apporté une réalité sensorielle, représentant des objets roses non romantiques de tous les jours, comme des onguents, des pansements adhésifs, du bubble-gum, des cocktails de crevettes et de la viande de saucisse.
Plus récemment, le «rose le plus rose du monde» a été créé par l’artiste britannique Stuart Semple en réaction à l’achat d’exclusivité d’Anish Kapoor à Vantablack , le noir le plus noir du monde.
Ce rose est disponible pour tout le monde, mais pas le Kapoor qui était légalement interdit d’acheter – bien que son flux Instagram montre qu’il est possible de mettre la main sur certains de ces pigments.
Le rose a une place intéressante en science et en psychologie. À la fin des années 1960, le chercheur scientifique Alexander G Schauss a découvert qu’une nuance particulière de rose – le P-618 – avait un effet très calmant sur le système endocrinien humain. Il a convaincu le Seattle Naval Correction Facility de peindre ses cellules avec cette couleur dans le but de pacifier les prisonniers, et la couleur a été utilisée dans toutes les cellules depuis.
Les résultats sont parfois contradictoires, bien que le phénomène ait été tel que, sur certains terrains de sport américains, les vestiaires de l’équipe visiteuse ont été peints en P-618 afin d’obtenir un avantage. Dans les années 1990, la Western Athletic Conference a interdit la pratique et a décidé que les vestiaires domicile / extérieur doivent être peints de la même couleur. Le P-618 est élargi maintenant sous le nom de Baker-Miller Pink (d’après les directeurs de l’installation navale d’origine), rose Drunk-tank ou rose Schauss.
 
Le rose a également une histoire intéressante dans la mode. Une couleur portée par les deux sexes dans les années 1700, il est ensuite passé à une couleur masculine, et les jeunes garçons étaient habillés en rose comme une version plus légère du rouge porté par les hommes.
 
Voir l’article source ICI
 
 

Comment s'inspirer de nos ancêtres les artistes en Pas à pas

En tant qu’artistes, nous avons presque cette attirance innée pour notre métier, pour notre besoin de créer.
Et nous avons tous quelque chose ou quelqu’un qui a nourri cette passion. Pour de nombreux artistes, les œuvres des autres orientent la manière dont ils abordent leur propre art.
Annie O’Brien Gonzales, auteur de Bold, Expressive Painting, fait référence à ces influenceurs comme étant nos artistes-ancêtres.
Ci-dessous, un extrait du nouveau livre de Gonzales, The Joy of Acrylic Painting. Dans ce regard, elle explique comment apprendre de vos ancêtres artistes et nous guide à travers une démonstration amusante et étape par étape inspirée par l’un de ses propres influenceurs, Henri Matisse.

Prendre plaisir à peindre!

Apprendre de vos artistes-ancêtres est génial. Mais apprendre des meilleurs professeurs d’art contemporain dans le domaine des beaux-arts est l’opportunité de votre vie si vous souhaitez développer votre passion pour la peinture et le dessin.

Trouver vos artistes-ancêtres

Chaque artiste a des goûts individuels parmi les artistes qu’il trouve inspirants. Par exemple, les œuvres de trois artistes très différents – David Hockney, Henri Matisse et Georgia O’Keeffe – font battre mon coeur pour des raisons très différentes. Il y en a beaucoup d’autres, il y a même des artistes de renom, qui me laissent absolument froide. Je suis sûr que pour vous c’est la même chose.
Les artistes qui résonnent avec nous, sont ce que j’appelle nos artistes-ancêtres. Je pense qu’il est utile dans notre développement en tant qu’artistes de réfléchir au pourquoi. La plupart d’entre nous savons intuitivement les reconnaitre quand nous voyons leur travail.
Faites attention à ce signal pour pouvoir passer à l’étape suivante.
Pour apprendre du travail d’un artiste-ancêtre que vous aimez, appliquez la partie analytique de votre cerveau à l’analyse de ce qui rend son travail si attrayant et si vous pouvez l’appliquer à votre propre travail.
Lorsque vous combinez des éléments de vos artistes-ancêtres avec votre propre interprétation, vous créez votre propre style de peinture.

De l’inspiration à la toile

Tous les artistes sont un amalgame d’inspiration d’autres artistes et d’innovations qui leur sont propres.
Une fois que vous avez analysé les éléments que vous souhaitez intégrer à votre propre travail, vous pouvez passer de l’imitation à l’innovation en utilisant ces éléments.
Étudiez vos artistes-ancêtres, tirez-en des leçons et enregistrez des idées à intégrer à votre travail.
• Comment pouvez-vous inclure certaines de leurs idées dans votre propre travail?
• Et qu’en est-il de la copie?
• Est-ce une mauvaise chose?
C’est un fait, tous les artistes à travers le temps ont appris d’autres artistes. L’astuce consiste à prendre ce que vous apprenez et à vous l’approprier.
Si vous avez un carnet de croquis d’art, créez une liste de trois à cinq artistes qui attirent constamment votre attention. Pour chaque artiste-ancêtre, créez une page entière dans votre carnet de croquis avec le nom de l’artiste en haut de la page et joignez une reproduction de l’un de vos morceaux préférés de l’œuvre de cet artiste.
Étudiez le travail et notez ce qui vous attire le plus. Voici quelques questions à vous poser:
Que pensez-vous de l’utilisation par l’artiste des éléments de l’art: ligne, forme, couleur, valeur, texture?
Le sujet vous intéresse-t-il?
Y a-t-il une composition unique que vous pourriez employer?
Répétez cette procédure pour chaque artiste sur une nouvelle page de votre carnet de croquis. Rassemblez sur une seule page tous les éléments qui ressortent de votre analyse de vos ancêtres d’artistes et déterminez ceux qui reviennent sans cesse et comment vous pouvez essayer ces idées dans votre propre travail.
Cela vous donnera un aperçu de votre style de peinture et une orientation pour les travaux futurs.

Comment s’inspirer de nos ancêtres les artistes en Pas à pas

Maintenant, amusons-nous un peu.

Peindre comme votre artiste-ancêtre
Ce projet est conçu pour vous donner l’occasion d’essayer les techniques de votre artiste préféré dans votre propre travail. Pour cette démonstration, j’ai peint à la manière de Matisse, un maître peintre expressionniste. J’adore son travail et j’aime beaucoup d’éléments, notamment les couleurs chaudes et les coups de pinceau lâches.
Nature Morte d’Henri Matisse, Serviette A Carreaux. Photo gracieuseté de DOUG KANTER / AFP /
Pour votre projet, choisissez un tableau de l’un de vos artistes-ancêtres, définissez les éléments de son travail, puis peignez selon cette approche. Vous apprendrez beaucoup et serez en mesure de décider consciemment si cette approche fonctionnera pour vous.
Analysez le style du tableau que vous utilisez comme source d’inspiration et enregistrez vos pensées dans votre carnet de croquis, comme dans mon exemple pour ce projet:
Ligne: utilisation intensive de lignes noires pour définir les objets et créer des lignes de mouvement qui dirigent l’œil vers le point focal.
Forme: formes expressives non réalistes d’objets; les formes continuent hors du plan de l’image (table, draperie, fenêtre); combinaison de formes organiques et géométriques
Couleur: couleurs expressives et non réalistes; palette principalement chaude
Valeur: utilisation d’un fort contraste sombre / clair
Texture: texture tactile; coups de pinceau forts, vigoureux, lâches; texture visuelle grâce au motif
Autre: l’humeur est globalement gaie
Ce dont vous aurez besoin pour suivre ce didacticiel:
Toile ou panneau,
Une copie de la peinture de votre artiste ancêtre et vos notes sur leur style
Pinceaux synthétiques ou à poils
Le medium de votre choix huile Acrylique Aquarelle ou pastel
1. Évaluer le style de votre artiste
Sélectionnez un artiste ancêtre qui vous inspire. Quel travail vous fait pâmer? J’ai choisi la peinture Tableau avec fruit d’Henri Matisse.
Évaluez son utilisation des cinq éléments de la peinture: ligne, forme, couleur, valeur et texture. Passez ensuite en revue les principes de conception mis en évidence par cet artiste et la façon dont ceux-ci jouent un rôle dans son travail.
Étape 1

2. Choisir votre palette de couleurs
Créez une palette de couleurs en utilisant votre peinture d’inspiration comme référence. Assurez-vous de conserver cette référence à proximité.
Étape 2
3. Démarrage de votre croquis (ou sous-peinture)
Comment s'inspirer de nos ancêtres les artistes en Pas à pas
Vous pouvez décider de copier la composition de la peinture d’inspiration ou de sélectionner votre propre sujet à peindre dans la palette de couleurs et le style de votre artiste ancêtre.
Après avoir étudié le travail de Matisse, j’ai esquissé ma composition sur la toile sans sous-couche car j’avais remarqué qu’il laissait parfois la toile blanche apparaître par endroits.
Étape 3

4. Déterminer votre style de peinture
Pour le style de Matisse, j’ai choisi de peindre les contours du sujet avec de la peinture noire et un petit pinceau rond.
Étape 4
5. Application de la couleur
Bloc en grandes formes de couleur.
Étape 5

6. Ajout de variations
Décrivez l’image en ajoutant des variations de couleur et une peinture plus épaisse.
Étape 6
7. Travailler sur les détails

Ajoutez des détails plus petits pour briser les grandes formes en utilisant la peinture de votre artiste ancêtre comme point de référence.
Étape 7

Ma peinture terminée reflète mon étude de la qualité des lignes et des couleurs utilisées par Matisse, mais j’ai utilisé ma propre imagerie.

Qui sont vos ancêtres artistes? Partagez-les avec nous dans les commentaires ci-dessous
 
Source : Annie O’Brien Gonzales, auteur de Bold, Expressive Painting

Comment fabriquer des verts

Vous pouvez faire une large gamme de verts avec seulement quelques pigments. En fait, moins il y a de couleurs, et mieux c’est. Pourquoi? Plus le nombre de couleurs mélangées est élevé, plus le résultat est confus.
Ici, nous allons examiner quelques combinaisons de couleurs différentes qui vous donneront le vert parfait.
«Ils vont vous vendre des milliers de légumes verts. Vert Veronese et vert émeraude et vert cadmium et toute sorte de vert que vous aimez; mais ce vert particulier, jamais. ”- Pablo Picasso

Comment fabriquer des verts

Jaune + bleu
Comment fabriquer des verts
Le vert, une teinte secondaire, est un mélange de jaune et de bleu. Le choix du bleu affecte la teinte verte résultante, et il en est de même pour le jaune.
Ces graphiques montrent les gradients de verts produits en mélangeant le même jaune avec une petite quantité de bleus différents.

  1. Jaune de cadmium clair et bleu de cobalt: le vert obtenu ressemble au vert permanent.
  2. Bleu clair et bleu outremer jaune cadmium: le biais rougeâtre du bleu outremer produit un vert brunâtre.
  3. Jaune cadmium clair et bleu de Prusse: Ce bleu profond et d’encre produit un vert bleuâtre.
  4. Jaune cadmium clair et bleu céruléum: Ce bleu vif produit un vert jaunâtre clair, pouvant remplacer le vert émeraude ou le vert Winsor.

 
 
Jaune + noir
Comment fabriquer des verts

  1. Lumière jaune cadmium et noir Mars: Le noir oxyde de fer a une haute force de coloration et sèche rapidement. Il produit un vert neutre et opaque.
  2. Jaune cadmium clair et noir ivoire: L’ivoire, un noir brunâtre, produit un vert jaunâtre terne, presque un Kaki.

 

  1. Lumière jaune cadmium et noir pêche: Cennino Cennini écrivait dans le manuel de Craftsman: «La pierre de pêche brûlée est un noir parfait.» Paul Cézanne était connu pour favoriser le noir pêche. Ce noir transparent produit un vert bleuâtre.

Verts Neutralisants
Comment fabriquer des verts
Le mélange de teintes complémentaires neutralise une couleur. Pour les verts plus subtils, essayez ce qui suit:

  1. Vert permanent et pourpre alizarine: Ce vert perd de l’intensité lorsque l’Alizarine pourpre est ajouté, produisant un gris foncé.

Vert transparent
Comment fabriquer des verts
Le jaune indien clair et vibrant est excellent pour le vitrage. À l’origine dérivé de l’urine de vaches nourries aux feuilles de mangue en Inde, il est maintenant produit par synthèse. J.M.W. Turner et Winslow Homer utilisaient cette couleur exotique.

  1. Jaune indien et bleu cobalt: Ils produisent un vert tendre.
  2. Jaune indien et bleu de Prusse: Le mélange est sombre mais lumineux.

Superposition de greens: Nature morte estivale
Allez maintenant c’est à vous, si vous avez d’autres combinaisons pour faire de jolis verts, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires
Bonne journée à vous
 

Comment aborder la couleur, cours N° 1

Parmi les questions qui me sont les plus souvent posées, il y en a une qui revient très régulièrement, pour ne pas dire quotidiennement.
Comment maitriser la couleur, et les harmonies.
J’ai décidé de tenter de vous aider à répondre vous-même à cette question, d’abord à travers ma formation pour ceux qui s’y sont inscrits, mais aussi par le biais de cours hebdomadaires gratuits.
Et oui, vous avez bien entendu, je vais publier 52 cours totalement gratuits, qui seront publiés chaque mercredi.
Attention, je n’abandonnerai pas pour autant les articles de fonds.
Donc chaque mercredi vous aurez un exercice technique à faire, et chaque Samedi, il aura comme d’habitude un article de fonds.
Le premier exercice je le publie en avance aujourd’hui.
Exercice de peinture assez simple mais si vous le faites convenablement, il va vous apprendre beaucoup plus que vous ne le pensez.
L’exercice est conçu pour apprendre à maitriser la profondeur d une oeuvre.
landscape-bw
 
1e ETAPE
Vous allez prendre un sujet qui vous plait vraiment, c’est toujours plus simple de commencer par un sujet que l’on aime, cela enlève déjà une première difficulté, l’appréhension.
Donc une fois que vous avez choisi votre sujet, prenez le de préférence sans trop de détail relativement épurer, au moins pour ce qui débute, pour les pros allez y faites-vous plaisir.
2e ETAPE
Le sujet choisi, vous avez deux possibilités qui s’offrent à vous :
La plus simple, faire une photocopie de l’œuvre en noir et blanc
La seconde, vous allez réinterpréter l’œuvre que vous voyez en la mettant en noir et blanc. Là, je l’avoue même pour moi, c’est compliqué, donc abordé cette étape que si vous maitrisez déjà le dessin et un peu la peinture.
3e ETAPE
De préférence, vous allez choisir un support Papier, moins onéreux que la toile, il vous enlèvera un second problème inconscient, la peur de l’échec.
En effet, combien de fois j’ai pu voir des étudiants ou des amateurs, voire même des professionnels, appréhender un support onéreux, car inconsciemment, nous avons peur de gâcher ce support.
Donc choisir un papier : Papier dessin  minimum 200 grs, Papier Acrylique, papier huile ou papier aquarelle 300 grs.
Vous choisissez ce papier en fonction du matériau que vous allez utiliser à savoir Gouache, Acrylique, huile ou aquarelle.
Idéalement, c’est de pratiquer l’exercice à l’acrylique, Elle sèche plus vite, et permet de faire l’exercice dans la journée.
Il est évident que vous pouvez aussi faire l’exercice à la gouache  ou à l’acrylique, cela sèche aussi vite, mais ces techniques sont plus complexes à mettre en œuvre.
4e ETAPE
Vous dessinez l’œuvre choisie, vous n’êtes pas obliger de faire un dessin hyper précis, vous pouvez juste l’esquisser, cela suffit amplement.
Je trouve, mais c’est un avis tout à fait personnel et cela n’engage que moi, que quand on fait un dessin trop précis, nous abordons notre œuvre à la manière de la peinture par numéro. J’ai rien contre, mais souvent cela donne un dessin qui manque de vie.
comment aborder la couleur exerice 1
5e ETAPE
Vous peignez votre œuvre en noir et blanc.
Attention, dans les nuances de gris, n’oubliez pas que c’est ce qui vous donne les différents niveaux de profondeurs d’une œuvre.
Conclusion
Faites l’exercice plusieurs fois, n’ayez pas peur de l’échec, il vous aide à progresser.
Sachez que dans beaucoup de pays et surtout aux Etats-Unis, l’échec est une preuve de réussite.
Donc soyez fier de vous ?
A la semaine prochaine pour un nouvel exercice.
 
 
 
 

Leçon sur la couleur = la loi de chevreul

Sur ce blog, vous êtes très nombreux à vous pencher sur la problématique de la couleur, ses mélanges, ses harmonies.
Vous êtes tous aussi nombreux à avoir lu un grand nombre de livres pour évoluer.
Il est vrai que seul l’apprentissage permet de progresser, et la lecture permet souvent d’avancer plus vite.
Or apprendre les règles ne suffisent pas, connaître la recette d’un gâteau ne vous garantie pas que vous allez le réussir, il en est de même en peinture.
Et très souvent quand le résultat que vous escomptiez, n’est pas au rendez-vous, la responsabilité ne vient pas de la règle, mais souvent du à un abus ou une erreur interprétation.
Une erreur constante, que j’ai pu constater c’est celle de l interprétation des lois de CHEVREUL : Il faut, non seulement les connaître, mais apprendre à les appliquer à bon escient.

Leçon sur la couleur = la loi de chevreul

Leçon sur la couleur = la loi de chevreul
 
Rappelons, donc quelques passages essentiels du fameux livre, «  la loi du contraste simultané des couleurs. »
ou  Leçon sur la couleur = la loi de chevreul
Règle 1
Mettre de la couleur sur une toile, ce n’est pas seulement colorer de cette couleur la partie de la toile sur laquelle le pinceau est appliqué, c’est encore colorer de la complémentaire l’espace qui lui est contigu.
Règle 2
Mettre du blanc à coté d’une couleur, c’est en rehausser le ton, c’est comme si on ôtait à la couleur la lumière blanche qui en affaiblit l’intensité.
NB : j’écrirai prochainement un article justement sur l impact de la lumière blanche sur une couleur.
Règle 3
Mettre du noir à côté d’une couleur, c’est en abaisser le ton, c’est ajouter au noir la complémentaire de la couleur juxtaposée.
Règle 4
Mettre du gris à coté d’une couleur, c’est la rendre plus brillante, c’est en même temps teinter ce gris de la complémentaire de la couleur qui lui est juxtaposée.
Règle 5
Mettre une couleur foncée près d’une couleur claire, c’est élever le ton de la couleur foncée et abaisser celui de la couleur claire. Indépendamment de la modification résultant du mélange des complémentaires.
Règle 6
Juxtaposer deux teintes plates de tons différents d’une même couleur, c’est produire du clair-obscur, par la raison qu’à partir de la ligne de juxtaposition, la teinte de la zone du ton le plus haut va en s’affaiblissant insensiblement tandis qu’à partir de la zone de ton le moins élevé va en augmentant : il y a donc une véritable dégradation de la lumière.
 
En résumé, la juxtaposition de deux couleurs leur fait perdre ce qu’elles ont d’analogue.
La loi du contraste des couleurs est donc bien inverse du mélange des couleurs d’après lequel le rouge mêlé au jaune fait de l’orangé, le jaune, mêlé au bleu fait du vert, et le bleu mêlé au rouge fait du violet.
Or, si le jaune mêlé au bleu donne du vert, lorsqu’il est juxtaposé au bleu il prend de l’orangé, il perd donc du bleu. Et si le bleu prend du violet, il perd donc du jaune, phénomène inverse du mélange des couleurs bleu et jaune.
LA TEINTE
Chacune de deux couleurs juxtaposées (jaune et rouge par exemple) se colore de la complémentaire de l’autre.
VALEUR
Le voisinage d’une couleur foncée et d’une couleur claire exalte la différence de luminosité.
PURETE
Du blanc ou du gris à coté d’une couleur rend celle-ci plus pure (voir ci-dessus, elle retire du blanc).
Pour exemple, nous trouverions qu’un point blanc et plus blanc s’il est posé sur une fond noir que sur un fond gris. (OMO lave plus blanc que blanc comme disait COLUCHE)
Et non seulement le point blanc paraitra plus blanc, mais il paraitra plus grand à coté d’un point noir sur fond blanc.
C’est VAN GOGH et le DOUANIER ROUSSEAU, qui ont utilisé cette règle pour donner une impression de grossissement apparent d’une source de lumière vive.
Leçon sur la couleur = la loi de chevreul
 
Source ; livre de Chevreul – «  la loi du contraste simultané des couleurs. »
Et le livre technique du tableau de Marc Havel.

Comment faire un vert olive ?

Aujourd’hui, je vais vous montrer Comment faire un vert olive en partant du jaune et du noir. Je dirai même comment fabriquer des verts olive 
Car oui chose,  un peu bizarroïde, dans le cadre de la couleur,  c’est que si vous mélangez du jaune et du noir, vous obtenait un vert olive,  souvent assez joli d’ailleurs.

 
Pour faire cela,  j’ai pris deux couleurs,  un jaune primaire et un noir de mars, de chez Lefranc bourgeois la gamme Acrylique FINE.
Comment faire un vert olive
Je vous le donne à l’acrylique, mais c’est valable pour toutes les techniques, car ce n’est pas le liant qui fait ce phénomène, mais bien le mélange des pigments.
Pour le mélange, j’ai le choix d’un couteau à palette, ce qui est le plus pratique pour faire un bon mélange, mais vous pouvez aussi utiliser un pinceau.
Ici, j’utilise un pinceau de la marque Léonard, c’est une fibre synthétique (Cambr’yl), conçue pour la peinture à l’acrylique, mais convient aussi à l’huile, pour ce qui aime une touche nerveuse.
Bon, je l’utilise depuis un moment, il est extrêmement bien, malgré son utilisation, il a gardé sa vigueur et sa pointe.
J’ai oublié de vous dire, que la quantité de noir a ajouté au jaune, peut dépendre des marques, des qualités (Étude, Fine ou extra-fine) et du médium utilisé(Acrylique, Huile, Gouache, Aquarelle etc.).
J’ai plus l’habitude avec  l’huile  que  l’acrylique et je m’aperçois qu’il ne faut vraiment pas beaucoup de noir, dans ce cas.

Comment faire un vert olive

Mais on voit malgré tout, déjà apparaître quand même un premier vert olive très foncé.
Ce vert olive est transparent, car le jaune primaire que j’utilise est totalement transparent, voir le carré vide qu’il y a d’inscrit dessus.
Et plus vous mettrez du jaune dans votre mélange et plus la couleur obtenue sera transparente.
Je rajoute du Jaune et j’obtiens un autre vert olive, plus proche de celui que vous trouvez dans le commerce.
Si rajoute à nouveau du jaune, j’obtiens plutôt, un vert-jaune, et si je rajoute à nouveau du jaune, là on est plutôt sur un jaune-vert.
Mais toujours à tendance vert olive.
j’arrête là parce que nous allons vite tomber sur du jaune.
Ici, nous avons 4 verts un vert très jaune, un vert un peu moins jaune,  un verte olive et un vert olive foncé.
Vous pouvez obtenir, en partant de deux couleurs que vous avez certainement dans votre boîte à peinture, un jaune et un noir, un très joli vert Olive.
Et voici un vert olive, que vous n’êtes pas obligé d’acheter.
J’espere que cet article vous a aidé à savoir Comment faire un vert olive 

Comment mélanger les couleurs

Quand vous m’avez demandé d’écrire un livre sur le mélange des couleurs
Comment mélanger les couleurs, je me suis replongé dans ma bibliothèque, et celle de la BNF (bibliothèque Nationale BNF-logode France ou Bibliothèque François Mitterrand ), est je me suis rendu compte, qu’il y avait une quantité astronomique de livres qui tentent de traité ce sujet.
 

Comment Mélanger les couleurs

Parce que les scientifiques ont toujours été intrigués par la couleur, la littérature sur la couleur  est massive. Certains des plus grands penseurs de l’histoire humaine ont été consommés d’une passion « celle de comprendre la couleur », parmi eux le scientifique et philosophe grec Aristote, le scientifique anglais Sir Isaac Newton, et l’écrivain allemand Johann Goethe et bien d’autres scientifiques moins connus.
Goethe considérait son immense étude Farbenlehre (théorie des couleurs), comme son chef-d’œuvre plus grand encore que Faust, par la qualité de son achèvement.
D’autres  scientifiques et philosophes ont écrit d’énormes tomes de  la littérature sur la réflexion,

«Qu’es ce la couleur? »

Cette question qui est apparemment simple,  défie un objectif, une  réponse simple.
Les définitions des dictionnaires fournissent peu d’aide.
Le dictionnaire LAROUSSE  donne comme  première définition du mot couleur:

Sensation résultant de l’impression produite sur l’œil par une lumière émise par une source et reçue directement (couleur d’une source : flammes, etc.) ou après avoir interagi avec un corps non lumineux (couleur d’un corps).

Autre définition wikipédia :

La couleur est la perception faite par la vision de l’intensité de certaines longueurs d’onde de la lumière visible. La sensation de couleur prend son origine dans la stimulation de cellules nerveuses spécialisées nommées cônes situés au fond de l’œil.

Mais qu’est-ce que la «perception »?
A quoi  les objets ressemblent-ils vraiment?
En ce qui concerne, « l’objet ayant causé la sensation visuelle, » il est vrai que la couleur n’est pas une chose en soi, mais simplement la sensation mentale d’un observateur causée par la lumière tombant sur une surface insondable?
Est-ce vraiment un jaune citron ?  
Ou est-il la sensation produit uniquement à l’intérieur de mon propre esprit?
Les scientifiques nous disent que les citrons, quelle que soit la couleur qu’ils peuvent ou ne pas être (peut-être même Comment mélanger les couleurs incolore!), Ont des qualités particulières de surface qui absorbent toutes les longueurs d’onde de lumière sauf ceux qui reflètent une longueur d’onde particulière et qui revient à notre / cerveau système œil / esprit.
Cette longueur d’onde spécifique provoque un stimulus dans mon système visuel pour ressentir une sensation mentale qui en Français est nommée « jaune« .
La teinte perçue, cependant, pourrait dépendre de qui la regarde.
Le jaune que mon esprit voit, est-il le même que le vôtre ?
Que voit un  daltonien?
Ces questions ont déconcerté les esprits humains depuis des siècles et elles sont difficiles pour les scientifiques et non-scientifiques de les résoudre parce que nous ne pouvons pas sortir de notre propre / cerveau système oeil / esprit pour découvrir ces couleurs.
Nous sommes simplement partis avec le mystère de la couleur et nos singulières réponses.
Laissons ces aspects impondérables à des scientifiques et des philosophes, ce que nous savons, c’est que nous aimons la couleur, quelle qu’elle soit, et souhaitons parfois avoir une meilleure compréhension de la façon de la percevoir précisément, de la combiner et d’utiliser la beauté de la couleur.
Nous sommes tous conscients du fait que certaines harmonies de couleurs nous plaisent de manière extraordinaire et nous nous demandons pourquoi. Nous nous demandons ce que nous devons savoir pour réaliser de beaux arrangements de couleurs, que ce soit sur une page, dans nos vêtements, ou dans notre environnement.
C’est à ces questions que j’ai tenté de répondre dans mon livre, vous aidez à comprendre pourquoi, vous aimez un couleur plutôt qu’une autre, pourquoi les complémentaires sont elles aussi important dans votre travail etc..
Je vous donnerai début de semaine prochaine accès aux premiers extraits de mon livre.
 

« La couleur est mystérieuse, la définition éludée; c’est une expérience subjective, une sensation cérébrale en fonction de trois facteurs connexes et essentiels: la lumière, un objet, et un observateur. »

Enid Verity, couleur observée, 1980

++++++++++++++++++++++

« Nous ne percevons jamais les objets du monde extérieur directement. Au contraire, nous ne percevons que les effets de ces objets sur nos propres systèmes nerveux, et cela a toujours été comme ça depuis le premier moment de notre vie. »

Hermann Helmholtz, Human Vision, 1855

 
 
 
 

Comment peindre comme Van Gogh, ou le contraste simultané en peinture.

Comment peindre comme Van Gogh, ou le contraste simultané en peinture.

Les couleurs complémentaires

Deux couleurs, placées côte à côte, apparaissent de façon différente, selon les couleurs qui sont placées directement à côté d’elle.
L’effet de cette interaction est appelé contraste simultané.
Le contraste  est plus intense lorsque deux couleurs complémentaires sont juxtaposées directement  l’une à côté de l’autre.
Par exemple, un rouge, placé juste à côté d’un  vert, si vous vous concentrez sur le bord qui les sépare, vous verrez une légère vibration.
Dans cet article, je vais  tenter d’analyser la technique qu’utilisait Van Gogh dans ses œuvres.
Pour cela, je vous décrypte deux œuvres ci-dessous :
– La terrasse sur la place du Forum à Arles
– Le café de nuit.

La technique qu’utilisait Van Goghvan-gogh-terrasse-de-cafe-de-nuit

L’orange et Le bleu accentuent la couleur et l’intensité de l’autre,  dans ce tableau de  Van Gogh « Café Terrasse sur la Place du Forum », Arles, 1888 ci-dessous.
Dans la peinture de Van Gogh, il a une utilisation très audacieuse de la couleur. Si nous commençons à analyser l’œuvre, nous pouvons voir, comment il a utilisé le pouvoir des couleurs complémentaires et la roue chromatique pour accentuer l’effet visuel des contrastes simultanés.
Il voulait que nos yeux se déplacent, de façon inconsciente dans la peinture, non seulement par la composition, mais par son utilisation des couleurs complémentaires:
Les vitres arrière ont une très forte teinte saturée de rouge/orange,  posées  à côté d’un outremer français pur, ce qui provoque l’effet chatoyant pour donner à  la lumière de la fenêtre du soir une «lueur».
À l’avant les pavés – Van Gogh a utilisé cet effet sur un niveau plus subtil où les petits arcs qui dessinent les pavés sont fait de mouvement orange et bleu, ils reflètent le mouvement et la vie dans le café et la rue.
Les couleurs chaudes et froides – ajoutent une profondeur visuelle due au fait que les couleurs froides sont reléguées à l’arrière-plan et les couleurs chaudes au premier plan.

Vincent Van Gogh, Le café de nuit, Arles, 1888.
Vincent Van Gogh, Le café de nuit, Arles, 1888.

Dans cet autre  exemple,  Van Gogh a utilisé des couleurs complémentaires à son avantage et souvent.
de cette façon il a créé un contraste et a transmis la tension, l’atmosphère qu’il y avait dans ses cafés.

En décrivant le tableau ci-dessus, il a commenté à son frère Théo:
«J’ai essayé d’exprimer les terribles passions de l’humanité au moyen de rouge et de vert. La chambre est rouge sang et jaune foncé avec le vert de la table de billard dans le milieu; il y a quatre lampes jaunes citron avec une lueur d’orange et de vert. Partout il y a un conflit et le contraste des rouges et des verts plus disparates … « .
 

Attention = La nature choquante de cet effet visuel peut heurter le spectateur.
Donc, si vous voulez créer une peinture qui est plus harmonieuse,  vous pouvez toujours utiliser ces principes, mais à un niveau plus modeste.

La brève histoire du contraste simultané de Michel Eugène Chevreul_by_Nadar_1886Chevreul

Michel Eugène Chevreul, un scientifique français, a travaillé en tant que directeur de la manufacture des Gobelins à Paris.
Pendant qu’il y travaillait, il a reçu de nombreuses plaintes de la part de teinturiers, à propos  des colorants, précisément la façon dont les Noirs apparaissaient  différemment lorsqu’ils sont utilisés  à côté de bleus.
Chevreul s’est fait connaître des artistes peintres, mais pas seulement, par sa loi du contraste simultané.
Il découvre d’abord que certaines teintures ne sont pas chimiquement stables. Mais surtout, il a conclu de ses expérimentations que les problèmes les plus délicats sont de nature ni chimique, ni physique, mais physiologique : ce ne sont pas les pigments qui sont en cause, ni la combinaison des lumières colorées, mais la vision des couleurs quand des surfaces distinctes colorées différemment se trouvent à proximité.
Chevreul décide alors de traiter scientifiquement la chose à fond ; dès 1828, il publie un mémoire, développé en 750 pages, en 1839 : De la loi du contraste simultané des couleurs. Il y montre qu’une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance complémentaire dans le ton : les complémentaires s’éclairent mutuellement et les couleurs non complémentaires paraissent « salies », comme, lorsqu’un jaune placé près d’un vert prend une nuance violette.

Pourquoi cela se produit-il ?

Notre «mémoire» a justement une perception forte d’un objet . Pour elle une orange est Orange, une banane jaune et possède une forme très définie, etc…
Si je demandais à un novice en peinture, de peindre un citron, et que j’éclairais le dit citron avec une couleur bleue par exemple, cela occasionnerait un fort problème de logique dans l’hémisphère gauche de son cerveau, celui de la logique.
En effet pour la partie gauche du cerveau un citron, c’est jaune et non bleu.
Même si nous le voyons comme bleu  votre cerveau vous dit :
Oups là mon bon homme ! il y a une erreur un citron, c’est jaune, il faudrait que tu changes la couleur, pour te rapprocher de la réalité autrement tu fais une erreur.

Les couleurs peuvent être délicates.

Je vois parfois des artistes, partir d’un coté d’une toile et de la remplir tout doucement de droite à gauche ou de haut en bas, plutôt que d’essayer de juger leur œuvre dans sa globalité.
C’est pour moi l’une des plus grandes erreurs que vous pourriez faire,  travailler sur une petite section à la fin avant d’aborder l’image dans son ensemble.
Alors la prochaine fois que vous créez un tableau,  ne voyez pas forcément les objets, ne les nommez pas, observez les masses de couleurs, et posez  les  tel que vous les ressentez,  sans a priori, sans jugement.

bonne peinture, n’hésitez pas à mettre votre avis dans les commentaires, ci dessous!

 
Source Chevreul : Wikipedia et son livre « De la loi du contraste simultané des couleurs »

Comment mélanger les couleurs : compréhension de la couleur

Aujourd’hui, je démarre une série d’articles sur le « mélange des couleurs », thématique que vous avez plébicité, et qui fera l’objet de mon prochain ebook

« Toutes les couleurs seront d’accord dans le noir. »
Francis Bacon

Les bases

L’apprentissage  peut être intimidant, la théorie des couleurs peut être rebutante, mais sa compréhension est la clé quand on commence à peindre.
Commençons dès à présent, à poser les Bases
En tant que peintre débutant,  apprenez la théorie et commencer simplement.

La roue chromatiquecolourwheel01

C’est l’outil de base de tout artiste peintre
Les problèmes avec cette roue, sont :

  • Elle vous rebute
  • Elle vous rappelle l’école
  • Elle semble compliquée
  • Elle est pas esthétique
  • Elle semble trop académique

Avoir une connaissance de base de la roue chromatique est vraiment important pour que vous puissiez toujours trouver votre chemin.

Les couleurs complémentaires

Jaune et Violet, rouge et vert, bleu et orange

elles servent  à atténuer la couleur initiale.
par exemple: Si le jaune dans votre peinture est trop lumineux,  ajoutez une touche de violet pour parvenir à une couleur plus subtile.
Celles-ci sont en face l’une de l’autre sur la roue chromatique.
Autre exemple : si vos arbres sont anormalement vert vif, ajouter un peu rouge au mélange pour faire une nuance plus subtile.

Les trois couleurs primaires

Bleu, Rouge et Jaune.
Ce sont les couleurs dites « primaires, car il est impossible de les obtenir par le mélange d’autres couleurs.

Les trois couleurs secondaires

Orange, Violet et Vert
Elles sont un mélange de deux couleurs primaires.
Par exemple en mélangeant du rouge et jaune primaire, on obtient la couleur secondaire orange.
Ces trois couleurs primaires et les 3 couleurs secondaires constituent les bases de la roue chromatique.
Cette roue  doit être plutôt un outil qui vous explique la propriété de la couleur, sa teinte, sa valeur, son intensité, et pas simplement un guide dans le choix de vos couleurs.
Par exemple:
Découvrir que le rouge cadmium est un mélange de rouge primaire et d’un peu de jaune primaire, cela vous explique qu’il y a déjà deux couleurs dans cette couleur.
Alizarine Crimson est un rouge qui tire vers le bleu et s’approchera donc vers le violet.
Donc, partez du principe qu’à part les couleurs primaires, les autres couleurs, ont tendance à tirer vers une autre couleur.

Les 6 couleurs tertiaires

Je ne sais pas comment le prononcer non plus!
Ce sont les mélanges entre les 6 couleurs  mentionnées ci-dessus.

L’analyse des trois propriétés de la couleur.

Pour obtenir la  couleur dont vous avez besoin, vous devez analyser ses propriétés avec précision.
Cela prend des années à maîtriser !  Afin de ne pas se sentir dépassés, sachez que, plus, vous pratiquerez et plus cela devient instinctif.
Ne soyez pas déçu,  si vous n’obtenez pas de suite, le mélange recherché.

Trois fondamentaux  à retenir : La teinte, La valeur et La saturation

La teinte e2f62b378aefd051142fed40a5b0b636
« La teinte » traduit simplement par la couleur qu’elle reflète, par exemple: « ce vase a une teinte rouge »
Attention, cela ne veut pas dire que ce vase est rouge vif, il a simplement une tendance rouge. Il peut être rouge orange, rouge vif, etc…

Le Top-Pro : ne pas confondre avec l’étiquetage des pigments sur des tubes de peinture tels que le cadmium rouge « Hue ». Dans cet exemple, «teinte» signifie imitation. Ainsi, le rouge de cadmium Hue n’est pas un pigment pur, il a été remplacé par une variante.
 

La Valeur d’une couleur

La Valeur dune couleur
La Valeur, c’est le degré de clarté de la couleur.
Imaginez que vous preniez une photo en noir et blanc, les nuances de gris sont les valeurs.
Ceci est l’un des facteurs les plus importants dans le mélange des couleurs, mais un des plus difficiles à maîtriser.
En effet, l’erreur la plus commune, c’est de poser des tons de couleurs dont la valeur diverge trop.

Top-Pro  : Nous comprenons aisément la valeur quand on regarde une gamme de gris, ou une photographie en noir et blanc. Par contre, en couleur, c’est tellement plus difficile à juger.(Astuce)  Essayez de loucher en regardant les couleurs afin de déterminer leur valeur. Le strabisme aide les récepteurs noir et blanc de nos yeux à faire des jugements de valeur

 

La Saturation

La saturation exprime l’intensité d’une coloration par rapport à son maximum possible,  après elle change de couleur .

CAHIER PRATIQUE

 

Comment faire le mélange du Couleur

Une fois que vous savez quelle couleur vous voulez obtenir,
Jaune orange
 

Étape 1 : Analyser la teinte – quelle couleur est-elle la  plus proche de la roue de couleur?

Dans cet exemple, je vais utiliser cadmium jaune clair.
Jaune de cadmium clair
Quand je regarde jaune de cadmium ,  je peux voir qu’il est trop jaune par rapport à l’échantillon qui lui a plutôt une teinte orangée
Donc je vais ajouter un peu de rouge de cadmium (rappelez-vous, il a une teinte qui va vers le jaune) afin d’obtenir un jaune-orangé
Premier melange Jaune et rouge de cad
 

Étape 2: Analyser la valeur – Comment est-elle, claire ou foncée ?

Pour cela, il est plus facile de peindre un échantillon sur un morceau de papier, laisser sécher et comparer.
Si son ton est trop sombre, nous pouvons ajouter du blanc, si il est trop clair, nous pouvons ajouter la couleur complémentaire.
Dans ce cas, je regarde la roue des couleurs et je vois ce qui est en face du jaune-orangé.
 

Étape 3: Analyser la saturation – Comment est elle,  lumineuse ou foncée ?

Elle est trop lumineuse, donc je vais avoir besoin d’ajouter une touche de bleu-violet pour baisser le ton. Pour ce mélange,  j’utilise le  Bleu Outremer (qui a un biais violet)
 
Jaune de Cadmium + Rouge de Cadmium + un peu de bleu outremer
Attention au pouvoir colorant des couleurs sombres, le jaune a besoin d’une petite quantité de bleu violet… un peu à la fois pour garder le contrôle.
 

Développer des yeux d’artiste

yeux pablo picasso
Le processus d’élaboration de l’œil des artistes peut prendre un certain temps, soyez patient.
Je reste persuader que la vieille école, et une bonne base de départ pour apprendre la colorimétrie.
J’ai démarré personnellement à peindre pendant plus d un an, avec du noir en blanc, c’est là que j’ai appris la valeur d’une couleur.
Et je pense aussi qu’avec une simple terre d’ombre brûlée et un bleu outremer, vous pouvez arriver à faire d’excellentes choses.
La théorie est utile, mais elle ne remplace pas la pratique !
 

N’hesitez pas à me laisser des commentaires ci-dessous à très bientôt !

Comment obtenir la bonne couleur?

Pourquoi ne puis-je pas obtenir la bonne couleur?

Beaucoup, beaucoup de brun et de gris.
Vos professeurs d’arts plastiques, vous ont dit que :
«Il faut Mélanger jaune et bleu pour faire vert, rouge et bleu pour obtenir violet et Jaune et rouge -pour Orange. »
Vous avez écouté ce qu’ils ont dits, mais le problème était toujours là.. Vous n’arrivez à ne créer qu’un mauvais brun, voir un gris sale.

Que faites-vous de mal?

Je vous rassure de suite, vous n’avez rien fait de mal.
Il faut juste que vous appreniez à lire les tubes de peintures, car cela veut dire que vous avez un mauvais choix de peintures.
Le secret est caché dans les peintures
La couleur de la peinture quand elle vient directement du tube est généralement très différente de la façon dont elle réagit quand vous commencez à peindre avec elle.
Cela est particulièrement vrai avec les couleurs les plus foncées, les couleurs claires comme le jaune, se comporte souvent comme vous l’attendez.
Ainsi, les couleurs primaires rouge, bleu et jaune ne sont pas seules. De petites quantités d’autres couleurs sont cachés dans chaque pigment – ce qui donne à chaque couleur une tendance de ton.

La théorie des couleurs est trompeuse

La roue chromatique est un excellent outil, il est pratique d’en avoir une dans votre atelier pour une référence rapide.
Se souvenir de toutes les couleurs lorsque vous commencez la peinture, peut être délicat.
Toutefois, si vous prenez la théorie de la couleur, à sa valeur nominale, vous risquez d’être frustrer en essayant de mélanger la couleur que vous voulez.
Quel est le parti pris de la couleur?

Chaque couleur unique a souvent une tendance vers une autre couleur.

Un pigment bleu aura une tendance rouge ou verte par rapport à un autre pigment bleu. Ex : Le bleu outremer à souvent une tendance rouge, le jaune citron à une tendance verte.
La «théorie» de la couleur indique que vous pouvez mélanger les trois couleurs secondaires avec les trois primaires, tout en obtenant, une belle couleur.
Cependant, cela ne fonctionnera que si la couleur primaire utilisée est pure ; cela veut dire, qu’elle contient qu’un seul est unique pigment dans sa composition.
Vous ne pourrez trouver un rouge «pur», par exemple, qui fera à la fois une bonne couleur orange (lorsqu’il est mélangé avec du jaune) et un bon violet (lorsqu’il est mélangé avec du bleu).
C’est parce que le rouge aura une tendance orange ou violette, en raison des impuretés chimiques trouvés dans chaque pigment.
Ainsi, un rouge qui a une tendance orange (ex : rouge de cadmium) se mélange bien avec un orange vif, mais ne se mélange pas avec un violet vif.

Bleu et jaune ne fait pas vert

comment obtenir une bonne couleur
Vous avez mélangé les couleurs correctement, un bleu et un jaune, mais vous avez obtenu une couleur mate, un vert sombre, un vert Sale. Pas la couleur vibrante vous aviez envisagé.
Alors, que faites-vous?
Ajouter plus de jaune?
Cela devient un peu plus léger, mais ce n’est pas encore cela, peut être un peu plus de bleu?
Non, il est maintenant trop sombre … ce dont votre couleur a besoin pour s’égayer, c’est de comprendre la couleur.
Découragé, vous faites un autre voyage vers votre marchand de couleur pour acheter un vert lumineux pré-mélangé.
Pourquoi les couleurs ne se mélangent pas comme vous le voulez ?

Comment obtenir un vert vif

  • Le vert plus vert ou plus propre se fait en utilisant un bleu de teinte verte et une teinte vert-jaune.
  • Le bleu outremer a tendance rouge (chaud) serait le mauvais choix pour faire un vert vibrant.
  • Le Bleu Phthalo qui a une tendance verte(Froid), serait un bon choix pour un vert vif.
  • Jaune de cadmium a une tendance rouge (chaud) serait un mauvais choix pour le vert vibrant.
  • Le jaune Hansa a une tendance verte (froid ) serait un bon choix pour un vert vif.

Voir LA VIDEO

Option 1: bleu outremer + cadmium lumière jaune = vert amorti
Couleur tendance (bleu-violet) + (jaune-orange)
Option 2: bleu de phtalocyanine + Hansa milieu jaune = vert clair
Couleur Tendance (vert-bleu) + (vert jaune)
Si nous regardons la tendance de la couleur sur l’option 1,
Nous mélangeons deux couleurs complémentaires bleu et orange ensemble. Les couleurs complémentaires sont celles qui se trouvent en face de l’autre sur la roue des couleurs.
Ce qui rend impossible la fabrication d’une couleur lumineuse.
Option 3: bleu Céruleum + Hansa jaune = vert très lumineux
Donc, l’option 3, nous avons un jaune qui a une grande quantité de quantité jaune et un peu de vert. Mélangé avec le bleu céruléum, qui a une grande quantité de bleu et une petite quantité de vert le résultat en un vert très lumineux.
Hansa jaune = grande quantité de jaune + Petite quantité de vert + Très petite quantité d’orange
Bleu céruléum = Une grande quantité de bleu + Petite quantité de vert + Très petite quantité de pourpre
Le secret du mélange de couleur efficace est de comprendre les différentes qualités des pigments des peintures que vous pouvez assortir.