Comment mélanger les couleurs

Quand vous m’avez demandé d’écrire un livre sur le mélange des couleurs
Comment mélanger les couleurs, je me suis replongé dans ma bibliothèque, et celle de la BNF (bibliothèque Nationale BNF-logode France ou Bibliothèque François Mitterrand ), est je me suis rendu compte, qu’il y avait une quantité astronomique de livres qui tentent de traité ce sujet.
 

Comment Mélanger les couleurs

Parce que les scientifiques ont toujours été intrigués par la couleur, la littérature sur la couleur  est massive. Certains des plus grands penseurs de l’histoire humaine ont été consommés d’une passion « celle de comprendre la couleur », parmi eux le scientifique et philosophe grec Aristote, le scientifique anglais Sir Isaac Newton, et l’écrivain allemand Johann Goethe et bien d’autres scientifiques moins connus.
Goethe considérait son immense étude Farbenlehre (théorie des couleurs), comme son chef-d’œuvre plus grand encore que Faust, par la qualité de son achèvement.
D’autres  scientifiques et philosophes ont écrit d’énormes tomes de  la littérature sur la réflexion,

«Qu’es ce la couleur? »

Cette question qui est apparemment simple,  défie un objectif, une  réponse simple.
Les définitions des dictionnaires fournissent peu d’aide.
Le dictionnaire LAROUSSE  donne comme  première définition du mot couleur:

Sensation résultant de l’impression produite sur l’œil par une lumière émise par une source et reçue directement (couleur d’une source : flammes, etc.) ou après avoir interagi avec un corps non lumineux (couleur d’un corps).

Autre définition wikipédia :

La couleur est la perception faite par la vision de l’intensité de certaines longueurs d’onde de la lumière visible. La sensation de couleur prend son origine dans la stimulation de cellules nerveuses spécialisées nommées cônes situés au fond de l’œil.

Mais qu’est-ce que la «perception »?
A quoi  les objets ressemblent-ils vraiment?
En ce qui concerne, « l’objet ayant causé la sensation visuelle, » il est vrai que la couleur n’est pas une chose en soi, mais simplement la sensation mentale d’un observateur causée par la lumière tombant sur une surface insondable?
Est-ce vraiment un jaune citron ?  
Ou est-il la sensation produit uniquement à l’intérieur de mon propre esprit?
Les scientifiques nous disent que les citrons, quelle que soit la couleur qu’ils peuvent ou ne pas être (peut-être même Comment mélanger les couleurs incolore!), Ont des qualités particulières de surface qui absorbent toutes les longueurs d’onde de lumière sauf ceux qui reflètent une longueur d’onde particulière et qui revient à notre / cerveau système œil / esprit.
Cette longueur d’onde spécifique provoque un stimulus dans mon système visuel pour ressentir une sensation mentale qui en Français est nommée « jaune« .
La teinte perçue, cependant, pourrait dépendre de qui la regarde.
Le jaune que mon esprit voit, est-il le même que le vôtre ?
Que voit un  daltonien?
Ces questions ont déconcerté les esprits humains depuis des siècles et elles sont difficiles pour les scientifiques et non-scientifiques de les résoudre parce que nous ne pouvons pas sortir de notre propre / cerveau système oeil / esprit pour découvrir ces couleurs.
Nous sommes simplement partis avec le mystère de la couleur et nos singulières réponses.
Laissons ces aspects impondérables à des scientifiques et des philosophes, ce que nous savons, c’est que nous aimons la couleur, quelle qu’elle soit, et souhaitons parfois avoir une meilleure compréhension de la façon de la percevoir précisément, de la combiner et d’utiliser la beauté de la couleur.
Nous sommes tous conscients du fait que certaines harmonies de couleurs nous plaisent de manière extraordinaire et nous nous demandons pourquoi. Nous nous demandons ce que nous devons savoir pour réaliser de beaux arrangements de couleurs, que ce soit sur une page, dans nos vêtements, ou dans notre environnement.
C’est à ces questions que j’ai tenté de répondre dans mon livre, vous aidez à comprendre pourquoi, vous aimez un couleur plutôt qu’une autre, pourquoi les complémentaires sont elles aussi important dans votre travail etc..
Je vous donnerai début de semaine prochaine accès aux premiers extraits de mon livre.
 

« La couleur est mystérieuse, la définition éludée; c’est une expérience subjective, une sensation cérébrale en fonction de trois facteurs connexes et essentiels: la lumière, un objet, et un observateur. »

Enid Verity, couleur observée, 1980

++++++++++++++++++++++

« Nous ne percevons jamais les objets du monde extérieur directement. Au contraire, nous ne percevons que les effets de ces objets sur nos propres systèmes nerveux, et cela a toujours été comme ça depuis le premier moment de notre vie. »

Hermann Helmholtz, Human Vision, 1855

 
 
 
 

Comment peindre comme Van Gogh, ou le contraste simultané en peinture.

Comment peindre comme Van Gogh, ou le contraste simultané en peinture.

Les couleurs complémentaires

Deux couleurs, placées côte à côte, apparaissent de façon différente, selon les couleurs qui sont placées directement à côté d’elle.
L’effet de cette interaction est appelé contraste simultané.
Le contraste  est plus intense lorsque deux couleurs complémentaires sont juxtaposées directement  l’une à côté de l’autre.
Par exemple, un rouge, placé juste à côté d’un  vert, si vous vous concentrez sur le bord qui les sépare, vous verrez une légère vibration.
Dans cet article, je vais  tenter d’analyser la technique qu’utilisait Van Gogh dans ses œuvres.
Pour cela, je vous décrypte deux œuvres ci-dessous :
– La terrasse sur la place du Forum à Arles
– Le café de nuit.

La technique qu’utilisait Van Goghvan-gogh-terrasse-de-cafe-de-nuit

L’orange et Le bleu accentuent la couleur et l’intensité de l’autre,  dans ce tableau de  Van Gogh « Café Terrasse sur la Place du Forum », Arles, 1888 ci-dessous.
Dans la peinture de Van Gogh, il a une utilisation très audacieuse de la couleur. Si nous commençons à analyser l’œuvre, nous pouvons voir, comment il a utilisé le pouvoir des couleurs complémentaires et la roue chromatique pour accentuer l’effet visuel des contrastes simultanés.
Il voulait que nos yeux se déplacent, de façon inconsciente dans la peinture, non seulement par la composition, mais par son utilisation des couleurs complémentaires:
Les vitres arrière ont une très forte teinte saturée de rouge/orange,  posées  à côté d’un outremer français pur, ce qui provoque l’effet chatoyant pour donner à  la lumière de la fenêtre du soir une «lueur».
À l’avant les pavés – Van Gogh a utilisé cet effet sur un niveau plus subtil où les petits arcs qui dessinent les pavés sont fait de mouvement orange et bleu, ils reflètent le mouvement et la vie dans le café et la rue.
Les couleurs chaudes et froides – ajoutent une profondeur visuelle due au fait que les couleurs froides sont reléguées à l’arrière-plan et les couleurs chaudes au premier plan.

Vincent Van Gogh, Le café de nuit, Arles, 1888.
Vincent Van Gogh, Le café de nuit, Arles, 1888.

Dans cet autre  exemple,  Van Gogh a utilisé des couleurs complémentaires à son avantage et souvent.
de cette façon il a créé un contraste et a transmis la tension, l’atmosphère qu’il y avait dans ses cafés.

En décrivant le tableau ci-dessus, il a commenté à son frère Théo:
«J’ai essayé d’exprimer les terribles passions de l’humanité au moyen de rouge et de vert. La chambre est rouge sang et jaune foncé avec le vert de la table de billard dans le milieu; il y a quatre lampes jaunes citron avec une lueur d’orange et de vert. Partout il y a un conflit et le contraste des rouges et des verts plus disparates … « .
 

Attention = La nature choquante de cet effet visuel peut heurter le spectateur.
Donc, si vous voulez créer une peinture qui est plus harmonieuse,  vous pouvez toujours utiliser ces principes, mais à un niveau plus modeste.

La brève histoire du contraste simultané de Michel Eugène Chevreul_by_Nadar_1886Chevreul

Michel Eugène Chevreul, un scientifique français, a travaillé en tant que directeur de la manufacture des Gobelins à Paris.
Pendant qu’il y travaillait, il a reçu de nombreuses plaintes de la part de teinturiers, à propos  des colorants, précisément la façon dont les Noirs apparaissaient  différemment lorsqu’ils sont utilisés  à côté de bleus.
Chevreul s’est fait connaître des artistes peintres, mais pas seulement, par sa loi du contraste simultané.
Il découvre d’abord que certaines teintures ne sont pas chimiquement stables. Mais surtout, il a conclu de ses expérimentations que les problèmes les plus délicats sont de nature ni chimique, ni physique, mais physiologique : ce ne sont pas les pigments qui sont en cause, ni la combinaison des lumières colorées, mais la vision des couleurs quand des surfaces distinctes colorées différemment se trouvent à proximité.
Chevreul décide alors de traiter scientifiquement la chose à fond ; dès 1828, il publie un mémoire, développé en 750 pages, en 1839 : De la loi du contraste simultané des couleurs. Il y montre qu’une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance complémentaire dans le ton : les complémentaires s’éclairent mutuellement et les couleurs non complémentaires paraissent « salies », comme, lorsqu’un jaune placé près d’un vert prend une nuance violette.

Pourquoi cela se produit-il ?

Notre «mémoire» a justement une perception forte d’un objet . Pour elle une orange est Orange, une banane jaune et possède une forme très définie, etc…
Si je demandais à un novice en peinture, de peindre un citron, et que j’éclairais le dit citron avec une couleur bleue par exemple, cela occasionnerait un fort problème de logique dans l’hémisphère gauche de son cerveau, celui de la logique.
En effet pour la partie gauche du cerveau un citron, c’est jaune et non bleu.
Même si nous le voyons comme bleu  votre cerveau vous dit :
Oups là mon bon homme ! il y a une erreur un citron, c’est jaune, il faudrait que tu changes la couleur, pour te rapprocher de la réalité autrement tu fais une erreur.

Les couleurs peuvent être délicates.

Je vois parfois des artistes, partir d’un coté d’une toile et de la remplir tout doucement de droite à gauche ou de haut en bas, plutôt que d’essayer de juger leur œuvre dans sa globalité.
C’est pour moi l’une des plus grandes erreurs que vous pourriez faire,  travailler sur une petite section à la fin avant d’aborder l’image dans son ensemble.
Alors la prochaine fois que vous créez un tableau,  ne voyez pas forcément les objets, ne les nommez pas, observez les masses de couleurs, et posez  les  tel que vous les ressentez,  sans a priori, sans jugement.

bonne peinture, n’hésitez pas à mettre votre avis dans les commentaires, ci dessous!

 
Source Chevreul : Wikipedia et son livre « De la loi du contraste simultané des couleurs »

Faut-il avoir peur de peindre ?

Ne prenez pas cet article, pour un article pessimiste, mais aujourd’hui, je rencontre de plus en plus d’artistes

Tableau des dangers par activités (source:le medecin du quebec)
Tableau des dangers par activités (source:le medecin du quebec)

amateurs ou professionnels, qui ont des problèmes de santé, (allergies, etc..)
Il est bon de rappeler, que sans être une activité dangereuse, les peintres, les sculpteurs, les illustrateurs utilisent
parfois des produits dangereux, voire nocifs, pour leur santé.
Le statut particulier des arts dans notre culture crée souvent l’illusion que les problèmes de santé dans ce domaine sont peu importants. Pourtant, les artistes en arts plastiques, qu’ils soient professionnels ou amateurs, sont exposés à plusieurs matériaux et procédés toxiques dans le cadre de leur travail de création.
De plus, lorsqu’ils travaillent à la maison, tous les membres de la famille se trouvent exposés malgré eux aux diverses substances toxiques.
Globalement, l’exposition aux pigments toxiques et aux divers solvants retrouvés dans le matériel d’artiste constituent les risques chimiques pour la santé les plus fréquents dans le domaine des arts plastiques.
 
 

Le Danger des pigments

Les pigments sont les constituants fondamentaux des peintures et des encres. Ce sont de fines poudres insolubles quiencre-danger-pigment-150x150 confèrent aux peintures et aux encres leurs teintes. Ils peuvent être inorganiques à base de métaux, organiques à base de substances animales ou végétales ou encore synthétiques.
Les pigments les plus dangereux sont les pigments inorganiques à base de métaux toxiques. Ceux que l’on retrouve le plus souvent dans les peintures d’artistes sont le plomb, le cadmium, le manganèse, le cobalt et le mercure.
Les risques pour la santé dépendent de la toxicité spécifique de chacun de ces métaux. Ces pigments sont nocifs autant sous forme de poudre qu’en solution prête à utiliser. L’exposition se produit lorsqu’il y a inhalation des pigments en poudre, absorption cutanée ou ingestion accidentelle

Le Danger des solvants

Les solvants organiques peuvent dissoudre les matériaux non solubles dans l’eau. On les retrouve dans les vernis, les laques, les nettoyeurs de brosses et de pinceaux, les diluants et les médiums utilisés dans les peintures à l’huile.
Ainsi, la plupart des produits d’art contiennent des solvants. Les artistes peuvent donc être exposés à de grandes quantités. Les solvants se divisent en différentes classes selon leur composition chimique : les hydrocarbures aromatiques (benzène, toluène, styrène, xylène), les hydrocarbures aliphatiques (hexane, pentane, octane), les alcools (éthanol, méthanol), les cétones, les esters, les éthers, les glycols, les amides et amines ainsi que les hydrocarbures chlorés.
Les solvants peuvent causer des atteintes dermatologiques, neurologiques, pulmonaires, hépatiques  et rénales. Les deux principales voies d’exposition sont l’inhalation et l’absorption cutanée.
picto1
 

Plusieurs autres facteurs contribuent aussi à augmenter les risques pour la santé dans ce domaine.

Le fait de travailler à domicile favorise la contamination des lieux de vie et l’exposition des autres membres de la famille.
La tendance des artistes à expérimenter de nombreux matériaux et procédés entraîne l’apparition de nouveaux risques qu’il n’est pas facile de documenter et dont les conséquences sont parfois imprévisibles.
L’étiquetage des matériaux d’art est actuellement inadéquat (malgré un net progrès effectué par la plupart des grandes marques présentent sur le marché) et ne permet pas de renseigner convenablement les utilisateurs sur les risques pour la santé.

Je ne Crie pas « AU LOUP » Mais

Méfiez-vous des produits avec une tête de mort sur l’emballage!
Méfiez-vous des produits qui comportent une croix noire dans un carré orange, car ils sont nocifs ou irritants.

Je pense qu’il est important de prévenir les artistes des risques qu’ils peuvent courir,  sans pour cela crier au LOUP.
Mais je ne connais aucun cours qui enseigne les différents usages et dangers des produits que l’on peut être amené à utiliser, encore que certains le font mais superficiellement.
Et je mets en garde les enfants, les femmes enceintes, et les personnes âgées sur ces différents risques.
La beauté de la création artistique n’est pas toujours exempte de danger.

Extrait n°1 : Le mélange des couleurs

Un petit article sur la couleur, qui reprend un extrait du livre, que je termine sur le mélange de la couleur.
J’espère que cet extrait vous mettra en appétit.matisse.musique

« La couleur surtout et peut-être plus encore que le dessin est une libération. »
de Matisse  Extrait de : Les Problèmes de la peinture

Les scientifiques nous disent que les citrons, quelle que soit la couleur qu’ils peuvent ou ne pas être (peut-être même
incolore!), Ont des qualités particulières de surface qui absorbent toutes les longueurs d’onde de lumière sauf ceux qui reflètent une longueur d’onde particulière et qui revient à notre / cerveau système œil / esprit.

quelle est la couleur du citron
 
Cette longueur d’onde spécifique provoque un stimulus dans mon système visuel pour ressentir une sensation mentale qui en Français est nommée «jaune. »
La teinte perçue, cependant, pourrait dépendre de qui la regarde.

Le jaune que mon esprit voit, est-il le même que le vôtre ?

Que voit un  daltonien?

Ces questions ont déconcerté les esprits humains depuis des siècles et elles sont difficiles pour les scientifiques et non-scientifiques de les résoudre parce que nous ne pouvons pas sortir de notre propre / cerveau système oeil / esprit pour découvrir ces couleurs.
Nous sommes simplement partis avec le mystère de la couleur et nos singulières réponses.
Laissons ces aspects impondérables à des scientifiques et des philosophes, ce que nous savons, c’est que nous aimons la couleur, quelle qu’elle soit, et souhaitons parfois avoir une meilleure compréhension de la façon de la percevoir précisément, de la combiner et d’utiliser la beauté de la couleur.
Nous sommes tous conscients du fait que certaines harmonies de couleurs nous plaisent de manière extraordinaire et nous nous demandons pourquoi. Nous nous demandons ce que nous devons savoir pour réaliser de beaux arrangements de couleurs, que ce soit sur une page, dans nos vêtements, ou dans notre environnement.
Dans le même temps, nous pouvons craindre que trop savoir sur la couleur peut gâcher notre créativité, un peu keatscomme le poème de John Keats(1795-1821)  si éloquemment qui nous avertit.

« Si, inconsciemment, vous êtes capable de créer des chefs-d’œuvre de couleur, la non-connaissance est votre chemin. Mais si vous êtes incapable de créer des chefs-d’œuvre de la couleur en partant de votre non-connaissance, alors vous devez chercher des connaissances. »
L’Art de la couleur,1961

Ma conviction, c’est que la joie n’annule pas la connaissance. Chacun de nous, d’une manière ou d’une autre, a besoin de faire des choix sur la couleur dans nos vies quotidiennes.
Bien sûr, nous avons nos intuitions pour nous guider, mais, en général, l’intuition combinée à la connaissance est plus puissante.
Dans le livre sur la couleur, que je suis en train de finir pour vous, je prévois de dépoussiérer doucement la complexité de la couleur pour vous fournir une solide compréhension des bases de la couleur, comment voir, comment l’utiliser, et, pour ceux qui travaillent avec la couleur, la façon de la mélanger et de combiner des teintes pour atteindre cet objectif plus difficile à atteindre, l’harmonie de couleur.