Recette : La Détrempe des bénédictins

Maurice_denis_autoportrait
Aujourd’hui je voudrais vous parler d’une recette que j’ai trouvée  dans la correspondance de Maurice Denis, en son musée à Saint Germain en Layes.
 
Dans ce courrier, nous pouvons constater que de tous temps les artistes, ceux sont échangés leurs recettes, leurs trucs et astuces.
 
 
 
 

La recette de la détrempe des Bénédictins

 
Cette recette est tirée  d’une lettre de Paul Sérusier à Maurice Denis.
« Faire ces opérations dans l’ordre indiqué en battant tout le temps :

  • 50 œufs (blancs et jaunes bien battus ensembles)
  • 3/8 de litre d’huile de lin
  • 1/8 de litre d’essence de térébenthine
  • ½ litre de vinaigre. »

Le Talisman - Paul serusier pont aven « Faire dissoudre du savon noir (le contenu d’une coquille d’œuf) dans un demi-litre d’eau tiède.
Laisse refroidir avant de mélanger au reste
Ce mélange se conserve en bouteille plusieurs mois.
Il sert mélangé aux couleurs, plus ou moins étendu d’eau comme la colle.
On peut repeindre dessus à l’huile ou au jaune d’œuf.
Je pense l’employer à la préparation des toiles, mêlé de blanc de céruse ou d’Espagne, mais je n’ose me prononcer encore sur le résultat. »
Je garde toutes réserves sur la validité de cette formule, qui me parait légèrement farfelue quand même, car je n’ai pas trouvé dans les écrits ou les lettres de Maurice Denis de note sur les résultats de cette recette sur son travail.

Comment trouver un lieu pour exposer son travail ?

Où trouver un lieu pour exposer ?

Je vous avais promis de vous raconter comment j’avais organisé une exposition pour mon épouse.
Tout est arrivé lors de la visite chez un client, ce dernier qui venait d’emménager dans sa nouvelle demeure, cherchait désespérément comment inviter ses amis à la pendaison de la crémaillère, mais à moindres frais, car toutes ses économies étaient parties dans les travaux.
Je me suis rappelé qu’un ami bruxellois avait déjà eu ce genre d’alternative.
J’ai demandé à ce client,  combien d’invités  il avait et surtout quel niveau socioculturel ils avaient.
Les invités,   aux nombres de 200, étaient des commerçants, avocats,  patrons de société, élus et notables de la ville.
En me basant sur l’expérience de mon ami, je proposais le deal suivant à mon client.
Organiser et prendre en charge la crémaillère de ce client, en échange de l’exposition des œuvres de mon épouse chez ce client.

  • J’ai cherché et trouvé un jeune traiteur, qui voulait s’implanter sur le secteur, a qui j’ai proposé de préparé un apéritif dînatoire, je ne prenais en charge que la matière première (le coût pour moi a été 2000€).
  • J’ai pris contact avec un représentant d’une célèbre marque de champagne.  Ils m’ont fourni gratuitement 30 Bouteilles de Champagne en échange de la possibilité  de promouvoir la marque lors de la soirée.
  • J’ai pris contact avec une célèbre marque de Voiture de luxe (Porche), en échange d’un chèque de 1000 euros, ils ont pu mettre une voiture sur le parking de la propriété et d’être présent lors de la soirée.
  • Mon épouse pouvait installer 50 toiles dans toute la maison.

Donc le coût pour moi pour cette soirée a été de 1000 euros (2000 euros pour le traiteur  moins 1000 euros de Porche).

comment rouver un lieu d exposition

Le jour J.

  • Le client a été ravi, et ses invités aussi. Il a reçu 200 personnes sans que jamais personne n’ait su qu’il n’avait rien payé.
  • Le traiteur était ravi, sa prestation excellente, lui a valu 4 commandes pour un chiffre d’affaire totale 16000€
  • Le représentant de la marque de champagne a pris 14 commandes pour un total de 15120€
  • Le représentant de Porche a pris 2 commandes, il n’a pas voulu me communique son chiffre d’affaires, mais il est partant pour une autre expérience de ce type.
  • Mon épouse a vendu pour 13500 euros de Tableau pour la soirée.

L’important dans ce cas concret, c’est que tous les protagonistes étaient contents personne n’a perdu d’argent, au contraire tout le monde en à gagner.
A vous d’imaginer votre Exposition.

Plein feu : Benoit Trimborn ou la nature sublimée

Aujourd’hui plein feu sur un artiste strasbourgeois.

J’ai passé mon week-end à Bruges (Belgique) est j’ai pu découvrir le travail d’un jeune artiste.

Chemin en ete, huile sur toile, 81x130 fevrier 2013  - Benoit Trimborn

Quand on décide de peindre ce que l’on voit, il faut chercher les moyens de sa propre liberté. Le plus ardu pour un jeune peintre comme Benoit Trimborn est de faire table rase du passé.
Et ici l’artiste a su nous donner un nouveau sens à la nature. Aucune silhouette ne vient perturber cette nature, nous sommes seuls à observer ce spectacle, qui nous paraît si pur sous les coups de pinceaux de l’artiste.
Et pourtant, les moments qu’il a capturés, retransmis, sont ineffaçables. Le sens de l’espace est à une échelle homérique. Chaque peinture nous invite à avancer vers l’avant. On commence à regarder et l’on ne s’arrête pas, errant entre les arbres et le ciel, la lumière et l’obscurité.

automne VIII-huile sur toile 180 x 250 hanvier 2013 Benoit Trimborn

 

Mon avis :

J’aime énormément le travail de Benoit Trimborn, rares sont les artistes qui arrivent encore à m’émerveiller, son regard et ses coups de pinceau me font apprécier encore plus la nature qui nous entoure.

Arbres au bord du canal, huile sur toile 150 x150_02_2013_beoint trimborn«  La morphologie des paysages, ou plus essentiellement, l’espace que dessine la campagne, retient mon attention, et semble être comme l’étincelle d’une recherche. Comme un architecte, j’y vois une respiration, une lumière, un rythme, qui à eux seuls peuvent constituer un principe de beauté. À la peinture me conduisent donc ces lieux de la campagne, ils traversent les saisons, mais aussi les variations météorologiques et agricoles… J’imagine alors le passage entre l’espace de la campagne et l’espace de la toile. C’est un passage à faire sans bavardage inutile, car tout est là… Plutôt que de parler en peinture, j’aime faire parler la peinture en la laissant «avoir le dernier mot»… Les éléments représentés composent des atmosphères dont je cherche à rendre fidèlement l’impression, comme le musicien suit fidèlement la partition. La figure de l’homme, jamais représentée, est pourtant sensiblement présente dans ces paysages très marqués et façonnés. En cette démarche prévaut l’attitude contemplative, bien plus que l’attitude aventurière. Aucun message ni aucune histoire ne doivent troubler la projection de celui qui regarde… »
Benoit Trimborn (mars 2012
peintre-5-464x308BENOIT TRIMBORN né en 1976 à Schiltigheim, dans la périphérie de Strasbourg. À l’âge de cinq ans, il déménage avec sa famille dans une petite bourgade située à 25 km à l’ouest de Strasbourg, dans les collines des pré-Vosges qui constituent aujourd’hui le décor de ses tableaux de vaches.
En 1994, il entre à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), tout en menant en parallèle des études de piano au Conservatoire de Strasbourg. La partie théorique de son travail de diplôme, réalisé en 2001, s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire et consiste en une réflexion sur les rapports entre la musique et l’architecture. Il exerce actuellement de front sa profession d’architecte et son activité de peintre. L’originalité de ses huiles réside dans la manière de suggérer terres, ciels, ombres, lumières, herbes, forêts, ainsi que dans l’art de travailler la matière et les superpositions.
Site de Benoit Trimborn 
Source photographique.
Tableau de Benoit Trimborn – site de l’artiste
Photo de Benoit Trimborn – rue89.com
 

Et Vous que pensez-vous du travail de cet artiste ?

Recette : Une encre pour la calligraphie

L’encre noire

220px-Galle
 
Il y a quelques années, j’avais fait un reportage pour un magazine d’art, sur la recette d’une encre pour la calligraphie. Je vous propose cette fois-ci de créer une encre gallo-tannate de fer. Il s’agit de l’encre noire  qui est utilisée pour l’écriture depuis le Xe siècle, jusqu’à récemment. Elle est obtenue à partir de noix de galle.
 

noix-galles_1

Noix de galle en morceaux

1/ Il vous faut 50 g de noix de galle, que vous allez réduire en morceaux. Vous pouvez utiliser un mortier, ou simplement vous mettez les noix dans un chiffon et vous les réduisez avec un marteau.
2 / Versez les morceaux dans 700 ml d’eau bouillante et réalisez une décoction (laissez cuire dans l’eau à petits bouillons) pendant environ 2 heures.

Je conseille d’utiliser des noix de Turquie, plutôt que des noix de chez nous, simplement parce que celle de Turquie sont beaucoup plus riches en tanin, elle sont appelées également noix d’Alep. Le tanin est un colorant d’origine végétale, utilisé depuis la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours pour le tannage des peaux (cuirs) et pour la teinture. Il réagit avec le fer et donne la coloration noire.

 
3/Au bout de 2 heures vous allez Filtrer votre préparation. Pour cela placez un tissu sur une passoire et versez doucement votre décoction de noix de galle.

La matière du tissus n’a aucune importance,  Il faut seulement veiller à ce que le tissu ne soit ni trop serré, ni trop large. Dans le premier cas, votre préparation risquerait de colmater le filtre et dans le second cas, trop d’impuretés passeraient.

GOMME-ARABIQUE-PHOTO

Gomme arabique en poudre

4 / Pesez 13 g de gomme arabique et versez-la dans un moulin à café pour la moudre, ou émiettez là à l’aide d’un chiffon et d’un marteau. Il existe aussi dans certain magasin beaux-arts des gommes arabique en poudre (mais plus cher).
5/ Versez votre poudre de gomme arabique dans votre décoction de noix de galle et continuez à chauffer votre mélange. Versez-la petit à petit. Sans cette précaution, la gomme arabique risque de faire des grumeaux.
La gomme arabique se dissous plus vite dans une préparation chaude, mais on aurait pu aussi la dissoudre auparavant dans un peu d’eau.
Sulfate de fer - nabismag.jpg

Sulfate de fer

 
6/ Après avoir dissous 11 g de sulfate de fer dans les 0,4 l d’eau restante, versez-le dans décoction de noix de galle.

Essence-de-girofle_FICHE4376_reduit285px

7/ Il ne reste plus qu’à ajouter 3 gouttes d’essence de girofle.
8/ Nous obtenons une encre un peu bleutée qui devient noire à l’air lorsqu’elle s’oxyde. Elle devient aussi insoluble dans l’eau. Laissez-la décanter pendant plusieurs jours puis conditionnez-la dans un récipient que vous remplirez en prenant soin de laisser peu d’air.
Attention, c’est une encre totalement indélébile qui tâche énormément.

Petit aparté, ces encres ont eu longtemps, le défaut d’attaquer le papier.

Elles ont une réaction acide et peuvent en effet attaquer le papier. C’est encore plus vrai si le papier n’a pas de réserve alcaline mais cela dépend aussi largement de la formule de l’encre. S’il y vous mettez trop de fer, l’encre est agressive pour le papier. Si vous en mettez pas assez, l’encre n’est pas assez colorée : elle est trop brune.

Donc suivez à la lettre mes proportions, et vous n’aurez aucun problème.


Encadrés :

 

A/ Matériel

50 g de noix de galle
1,1 litre d’eau
13 g de gomme arabique
11 g de sulfate de fer – Vous pouvez en trouver soit dans votre pharmacie, soit sur le Net chez Kremer pigment
Quelques gouttes d’essence de girofle – c’est un conservateur