Comment organiser vos tubes de peinture

Organiser vos peintures
Le froid est de rigueur, et c’est souvent le moment, ou nous prenons plaisir à nous installer devant notre chevalet pour peindre. Après le moment souvent délicat de la page blanche, puis celui ou fébrile nous nous attaquons au dessin, nous attaquons la mise en couleur de notre travail.
Et c’est souvent au moment de cette étape, que nous perdons du temps, un temps qui souvent peut nous amener à gêner notre créativité. Simplement dû à la façon de stocker nos tubes de couleur.

Beaucoup de peintres se contentent de placer leurs tubes de peinture dans une grande boîte, dans un bac ou un tiroir et de prendre la couleur dont ils ont besoin. Mais souvent, que je les ai vu perdre un temps fou à trouver le tube dont ils avaient envie.
Je préfère avoir mes couleurs un peu plus organisées. Au lieu de former un gros tas de tubes, je vais directement au tiroir des bleus ou au tiroir des jaunes. Je m’assure que mes tubes ne sont pas empilés les uns sur les autres. De cette façon, je peux immédiatement voir lequel j’ai besoin. Et prendre le bon tube ne prend qu’une seconde.
Mes tubes de peinture sont stockés dans un ancien meuble de papeterie, avec de petits tiroirs. J’ai étiqueté chaque tiroir en fonction de sa couleur. Ce meuble se trouve juste sous ma palette disons plutôt que ma palette est posée dessus et à côté de mon chevalet. Je peux saisir la couleur dont j’ai besoin en un rien de temps.

Que vous ayez 10 tubes de peinture ou 100 tubes, je vous conseille de les ranger par couleur. Mettez-les dans des compartiments séparés ; chacun dans leur propre famille de couleurs. Que vous utilisiez des tiroirs comme moi, des boîtes ou des étagères, peu importe. Organisez par couleur, vous n’avez pas à vous frayer un chemin à travers toutes les mauvaises couleurs pour trouver la bonne.
Cela fait gagner du temps et c’est plus sympa.
Maintenant, c’est à vous de jouer… Du moins à vous de ranger.

Comment trouver son style en Peinture ?

Comment trouvez-vous votre propre style de peinture ? Quel est votre style de peinture ? Y a-t-il un moyen de vous assurer que vous l’avez ?
De nombreux artistes débutants sont soucieux de trouver leur propre style. Ils souhaitent comprendre ce fameux concept et veulent que les gens reconnaissent leur travail. Ils demandent conseil à des artistes plus expérimentés et se demandent comment ils ont trouvé leur style.
Alors, comment trouvez-vous votre style ? Quel est votre style de peinture ? Pouvez-vous réellement le trouver ou avez-vous besoin de le créer ? Devrions-nous nous y efforcer ?

Quel est votre style ?

Lorsque les gens parlent du style d’un peintre, ils désignent généralement la manière dont l’artiste travaille.
Ton style est ta voix, ta langue, ton dialecte, ton goût, ton écriture.
Et personne n’a la même manière de peindre, il y a toujours une différence dans le geste dans la façon d’appuyer sur le pinceau. Le style de chacun est donc unique et personnel. Cependant, de nombreuses manières de peindre sont assez proches les unes des autres en termes d’approche, de couleur ou de technique. C’est pourquoi nous voyons souvent des styles regroupés, en particulier dans l’histoire de l’art.

Devrais-je essayer de trouver mon style ?

Non, je crois vraiment qu’il est contre-productif de chercher son propre style. Beaucoup de gens croient qu’avoir un style signifie travailler avec certaines couleurs, peindre un certain sujet ou travailler à un certain point entre réalisme et abstraction. La recherche d’un style n’est donc pas une tâche à poursuivre. Il serait artificiel, maniéré et non considéré comme authentique.

Grandir et se développer !

Pour arriver à un stade où d’autres personnes pourraient décrire votre travail selon votre style artistique personnel, vous devez simplement travailler, vous développez et grandir. Vous ne pouvez pas savoir quel genre de peintre vous serez, quand vous venez tout juste de commencer à faire vos premiers pas dans le monde de la peinture.
Les artistes débutants expérimentent et explorent souvent des sujets, des matériaux, des couleurs et des techniques (comme le font de nombreux artistes avancés). C’est une bonne chose. Cela vous aidera à trouver vos matériaux préférés – votre voix et, effectivement, votre style.
Donc, si vous êtes désireux d’avoir un style (même si vous ne pouvez pas savoir de quoi il sera fait), je pense que vous devriez simplement continuer à peindre et à garder l’esprit ouvert pour de nouvelles façons et de nouvelles idées.
Des milliers d’heures de peinture plus tard…
Au fil du temps – beaucoup de temps de peinture – vos manières, techniques, couleurs et pinceaux préférés apparaîtront. Vous allez utiliser ces moyens de plus en plus et les perfectionner à votre manière. Cela prend du temps. Et ces manières, techniques et matériaux seront visibles à certains yeux avertis.
Alors peut-être qu’un jour vous trouverez votre style, mais vous ne pourrez jamais le savoir et le viser avant de l’avoir trouvé.

Votre propre langage visuel.

Même si vous continuez à expérimenter en tant que peintre chevronné et que vous avez développé votre propre langage visuel au fil du temps, un nouveau médium ou un nouvel outil ne déplacera pas réellement ce langage unique en dehors de son axe, mais en ajustera simplement la direction.
Les styles ne sont jamais limités à un sujet, un support ou des outils. Votre style est votre langue – elle peut parler de tous les sujets. Vous pouvez jouer avec votre langue et essayer de nouvelles façons de l’utiliser, de nouvelles formes pour la mettre et voir où elle mène.
Votre style c’est tout simplement VOUS. Et vous espérez que cela va changer, grandir et se développer avec le temps. Votre style aussi.
Votre style de peinture est tellement intrinsèquement lié à vous qu’il est impossible de le rechercher lorsque vous commencez à peindre.
Ne tombez pas dans le piège de laisser votre manque de compétences définir votre style. Si vous ne pouvez pas bien dessiner les visages, ne laissez pas les visages tordus être votre style de signature, mais comblez simplement les lacunes de vos techniques avec l‘expérience et l‘apprentissage.

Suis ton instinct !

Ne cherchez pas votre style. Il suffit de suivre votre cœur, votre instinct, votre inspiration ou ce que vous voulez appeler. Essayez de nouvelles choses qui vous intéressent, dites ce que vous voulez dire dans votre travail et améliorez-vous. Qui se soucie de style quand même ? Vous êtes la voix unique qui lie tout votre travail et votre voyage ensemble.
Si les autres ne peuvent pas trouver un ingrédient contraignant dans tout votre travail et dire qu’il n’y a pas de style, alors tant pis ?
La solution n’est pas de vous limiter à peindre des paysages marins afin de satisfaire leurs critiques. Nous devons faire attention à ce que notre « style » ne devienne pas le synonyme de répéter sans cesse les mêmes choses. La réponse est de continuer à faire ce que vous voulez faire.
Avoir un style ne signifie pas que vous peignez uniquement les mêmes sujets ou avec la même palette de couleurs. Un style est beaucoup plus large et plus vaste que cela et ce n’est pas quelque chose que nous devrions viser à réaliser. Il évolue et grandit avec nous et il ne nous appartient pas de planifier ou de tracer.

Ignorer le style !

Alors ignorer l’idée de style, surtout, si vous êtes un artiste débutant. Le style n’est pas quelque chose que vous devriez viser. Travaillez sur vos compétences techniques, découvrez ce que vous aimez faire, ce qui vous fait du bien, ce qui résonne avec les autres et ce que vous voulez travailler. C’est ce qui vous fera avancer dans votre art.
L’idée de chercher votre propre style vous limitera.
Laissez le style de concept aux historiens de l’art et aux critiques d’art. Laissez votre style aux galeristes qui en parleront dans votre premier catalogue.
Mais laissez-le en-dehors de l’atelier et continuez à peindre.

Comment définir la couleur

La couleur est une partie majeure de la plupart des peintures. Alors, comment choisissez-vous vos couleurs de peinture et comment les mélangez-vous ? Pouvez-vous et devriez-vous essayer de reproduire  la couleur exacte de votre sujet ?
Que signifie chroma et quelle est l’importance de la valeur ? La théorie des couleurs est un sujet énorme et de nombreux livres ont été écrits dessus.
Dans cet article, je veux juste vous indiquer les traits de couleur les plus utiles que vous pouvez utiliser lorsque vous peignez.
Quand nous cherchons à reproduire une couleur, il faut vraiment se concentrer sur quatre choses importantes : sa teinte, sa saturation, sa valeur, sa température.
Bien que ces dernières années pas mal de livre ont été écrits sur l’un de ces sujets, je veux rester simple ici et vous montrer quelques notions de base. Sans avoir besoin d’un doctorat de chimie sur la théorie des couleurs, ces petits conseils s’avèrent très utiles dans une vie de peinture et je veux donc les partager avec vous.

La Teinte

Teinte (hue en anglais)  est un mot qui a suscité de nombreux débats sur sa signification. La teinte et le ton peuvent être déroutants, mais je ne pense pas qu’il soit toujours très utile de se perdre dans des débats théoriques lorsque vous voulez juste peindre. Donc, pour l’argument, la teinte signifie simplement quelle couleur vous utilisez. L’herbe est verte, le ciel est bleu et la tomate est rouge. La couleur est simplement la couleur de la famille. Nous n’avons généralement pas besoin de réfléchir longuement sur ce sujet.

La Chroma

Ensuite, il y a la Chroma. Je trouve ce concept vraiment très utile. La chroma fait référence à la pureté et à la profondeur d’une couleur. Elle vous dit que quelque chose de coloré est ou n’est pas saturé. Ainsi, si vous regardez une tulipe orange, par exemple, vous pouvez aider votre œil pictural en essayant de trouver l’orange le plus orange.
Le bleu le plus bleu, etc., est une couleur de saturation élevée. Une couleur de saturation élevée est celle où la couleur est la plus pure, où elle n’est pas mêlée de blanc, de noir ou d’autres couleurs.
Je trouve très utile de trouver ces zones de couleurs fortes dans n’importe quel sujet que je peins. Mais il est également nécessaire de juger individuellement chaque zone de couleur dans sa chroma. Beaucoup de couleurs ont une chrominance beaucoup plus faible que la couleur la plus pure. Elles sont grisées, neutralisées ou prennent des couleurs différentes.
Lorsque vous regardez une zone de votre sujet de peinture, réfléchissez et déterminez à quel point la chroma de cette couleur est haute ou basse. Ajustez ensuite vos choix de peinture en conséquence.
Une zone de couleur de peau dans un portrait, par exemple, peut être très faible en chrominance. La peau n’est généralement pas riche en couleur pure, vive. En matière de peau, la couleur est souvent un peu grisée, atténuée et douce. Mais si un coucher de soleil doré illumine la peau, ou un spot coloré, nous pourrions voir apparaître de véritables taches de couleur !

La Valeur

Loucher est l’un des moyens les plus simples de voir les différentes valeurs.
La valeur correspond à la luminosité ou à l’obscurité d’une couleur. Je travaille beaucoup avec la valeur. Par exemple, pour chaque peinture que je crée, je commence par une peinture de valeur. J’utilise juste un brun foncé (Burnt Umber) et un blanc (blanc de zinc) pour installer ma peinture ; je dessine les formes et remplis les zones claires et les zones d’ombre. Je vais me retrouver avec une version monochrome de ma peinture appelée grisaille. Certains artistes vont très loin et vont créer une grisaille très détaillée, d’autres, comme moi, s’arrêtent plus tôt et passent à la couleur.
C’est pourquoi il est plus facile de dessiner une oeuvre au crayon gris, et c’est surtout un bon entraînement pour apprendre à poser les valeurs d’un tableau. Mais ce qui est encore plus intéressant en matière d’apprentissage de la couleur, c’est de faire un tableau en monochrome de couleur, un bleu , un rouge par exemple.
Créer une version monochrome de votre peinture vous aidera à voir au-delà de la couleur et à déterminer à quel point une couleur est claire ou sombre. Je veux dire, est-ce que ce coquelicot rouge vif est plus clair ou plus foncé que sa tige verte brillante ? Ce n’est que lorsque vous avez répondu à cette question que vous pouvez obtenir les bonnes couleurs avec votre pinceau !
Ce que vous pouvez faire pour l’ensemble de votre peinture, vous pouvez également l’appliquer de petites manières à de petites zones de votre peinture et de votre sujet. Lorsque vous examinez votre sujet, il est très utile d’essayer et de juger pour chaque zone, pour chaque forme ou plan, qu’il soit plus clair ou plus sombre qu’une autre forme dans le tableau. Je conseille souvent si c’est possible de faire une photocopie noir et blanc de votre sujet, c’est un bon moyen d‘en découvrir parfaitement les Valeurs.
Comparez toujours les valeurs dans la peinture, de votre sujet, car les valeurs doivent être liées les unes aux autres.
Donc, lorsque vous essayez de comprendre comment peindre la teinte de la peau dans un portrait, prenez une petite forme et comparez-la à une autre zone du visage. Est-elle plus sombre ou plus légère? La petite forme, est-elle plus claire ou plus foncée que le fond ? Plus légère ou plus foncée que ce vêtement ? Plus vous le comparerez aux différentes zones de votre peinture, mieux vous comprendrez la lumière ou l’obscurité que vous aurez à peindre.
Attention au début cela parait compliquer, mais c’est comme la voiture, avec le temps vous avez des automatisme

La Température

La température est un autre concept très utile lorsque vous essayez de déterminer quelle couleur peindre quelque chose. La température d’une couleur est chaude, froide ou neutre (entre les deux). D’une manière générale, une couleur chaude a tendance à avoir des tons rougeâtres tandis qu’une couleur fraîche a des tons bleuâtres. La plupart des gens conviendraient que le rouge est «chaud» et le bleu «froid».
Encore qu’il existe des Bleus chauds et des rouges orangés froid. Le jaune de cadmium est chaud contrairement au jaune citron qui lui est froid.
Lorsque vous regardez une petite forme dans le sujet de votre peinture, vous pouvez à nouveau essayer d’en juger la température. Mais vous ne pouvez le juger que par rapport au reste du tableau ou du sujet. Ne jugez pas la température d’une couleur seule. Après tout, un jaune neutre pourrait bien être la couleur la plus chaude dans une mer de bleu gris, mais ce même jaune neutre peut être une couleur froide,  si elle est entourée de rouges chauds et d’oranges !
Ainsi, une couleur est soit plus chaude ou plus froide que les autres couleurs de votre sujet. Elle n’est jamais juste « chaude » ou « froide » seule.
Par exemple, si vous regardez une petite zone sur la joue de votre modèle, vous pourriez voir une belle couleur de peau. Mais comment peindre cette couleur de peau ?
 La température. Tout d’abord, vous pouvez essayer de déterminer si la couleur de la peau de la joue est plus chaude ou plus froide que la couleur de la peau de l’autre joue (souvent, les deux joues d’un modèle sont séparées par le nez).
La valeur. Vous pouvez également essayer de voir (c’est souvent un peu plus facile.) si elle est plus claire ou plus foncée que l’autre joue.
La chroma. Essayez de voir à quel point la couleur est chromatique. A-t-elle une chrominance plus élevée que l’autre joue ou est-elle plus grisée et terne ?
La teinte. Vous avez probablement déjà établi la teinte, ou la famille de couleurs principale de cette joue. Il s’agit probablement d’un rose grisâtre ou d’un vert jaunâtre, ou d’un rouge brunâtre, ou bien… Peu importe le nom que vous lui donnez.
Appliquer tous ces concepts à une zone de couleur aide vraiment à déterminer comment la peindre.
Allez maintenant, c’est à vous de jouer.