Recette de peintre : Le médium de Roger Edgar Gillet

Dans la série Recette de Peintres, je voudrai vous parler, d’un ami, Roger Edgar GILLET.


 
Recette de peintre Roger edgar gillet le medium Peux connu du grand public, il fut pourtant un peintre de grand talent. Il avait 43 acheteurs dans le monde, qui se déplaçaient pour acquérir ses œuvres.
C’était avant tout un homme généreux, et bon, j’aimais aller chez lui, pour l’entre me raconter ses histoires de peintres.
Ses rencontres, avec Pablo Picasso, Joan Miro, Jean Pollak (galeriste et dénicheur de talent), Pierre Alechinsky et De Stael.
Quand, il me racontait ses débuts en tant qu’artiste peintre, il m’expliquait toute sa difficulté à faire reconnaitre son œuvre, et surtout le regard méprisant des Galeristes sur son travail mes aussi sur celui de 2 de ses confrères, qui n’étaient autre que Alechinsky et Nicolas de Stael.
nicolas-de-stael_xl
Ce qui laisse supposer qu’il ne faut absolument pas se décourager, si jamais comme ces trois larrons, vous êtes rejetés.
Gillet_corsage_rouge_19671Et choses amusant, c’était sur un lit de Mort africain, que nous prenions le café et discutions sur l’art et les artistes.
L’une des recettes qu’il ma transmis, est le médium qu’il utilisait au quotidien. Les spécialistes avec qui j’ai pu discuter sur la technique de GILLET, ont tous été unanimes, à savoir qu’elle était remarquable et ne bougerait pas dans le temps, contrairement à certains artistes de cette époque, qui utilisaient souvent n’importe quoi pour peindre.

Donc Il fabriquait son médium tout simplement avec :

  • 1/3 de blanc de Meudon
  • 2/3 de médium durcissant d’Edouard ADAM6-100604134222

 
Etant difficile de se procurer ce médium quand on n’habite pas Paris, j’ai essayé de m’en rapprocher.
Donc, voici la nouvelle Version est :

  • 1/3 de blanc de Meudon
  • 2/3 de médium Alkyd.

Il faut savoir que le médium ALKYD, est un des médiums que l’on peut utiliser, pour la peinture, il est efficace et permet un séchage plus rapide.
 
Vous pouvez retrouver les Oeuvres de GILLET à la Galerie

Galerie GUIGON 

J'ai besoin de Votre avis pour mon prochain livre

sondage copieAujourd’hui, c’est moi qui viens vers vous. 
J’ai réuni toute une documentation pour pouvoir préparer mes articles, mais aussi des livres.
Et je suis indécis sur le sujet de mon prochain Livre.
Plusieurs sujets s’offrent à moi, mais je ne sais lequel choisir en premier
Alors, je me suis dis , parce que ce ebook vous est destiné, je vous laisse le choix du thème.
Pouvez vous donc, répondre rapidement à ce sondage, il ne vous prendra qu’une minute.
d’avance, merci.
Artistiquement votre 
Thierry 

[poll id=’1′]

Comment et pourquoi vernir une peinture à l'huile

Questions que chaque artiste doit se poser avant de vernir une peinture à l’huile

Une introduction à un vernissage Peinture à l’huile

 
Un  vernissage est essentiellement un choix esthétique sur la finition de votre peinture.
Non seulement le vernis peut vraiment apporter le dynamisme et la richesse à vos peintures, mais il offre une protection pour la surface peinte contre les effets atmosphériques et en plus il facilite le nettoyage  à l’avenir.
Non ! Il n’existe pas de technique universelle pour le vernissage
Mais des centaines de techniques pour chaque situation – la texture de la surface de la peinture, si vous voulez un fini mat ou brillant, la vitesse d’avancement, etc.
Il ya différentes considérations à prendre en compte, la toute première est : travaillez-vous à l’huile, à l’acrylique, à la gouache à l’aquarelle.

Alors voici quelques questions communes à vérifier avant de sortir votre brosse à vernis …

 

1. Combien de temps dois-je attendre avant de vernir une peinture à l’huile?

 
Le temps d’attente avant le vernissage d’une peinture à l’huile, dépend surtout de la façon ou vous avez travaillez l’œuvre, en épaisseur et texture.
Donc, si vous travaillez avec  des couches très minces qui sèchent  beaucoup plus rapidement, vous pourrez vernir normalement votre oeuvre au bout de 6 mois. Mais si vous travaillez au couteau, ou que vous travaillez beaucoup en épaisseur, alors je vous conseille d’attendre un minimum d’un an avant de Vernir.
Il faut savoir aussi, que selon le type de peinture utilisée (extrafine – fine ou étude) vous avez certains pigments qui sèchent plus ou moins vite.

Par exemple :

Certaines Terres par exemple absorbent plus rapidement leur liant, ce qui crée d’ailleurs les embuts
Si vous utilisez de l’alizarine cramoisie ou du noir d’ivoire, par contre ces pigments ont un temps de séchage très lent, il faudrait beaucoup plus de temps avant de vernir.
Attention : Les temps de séchage ont tendance à s’égaliser, car les couleurs sont presque toujours mélangées sur la palette, de sorte que les temps de séchage ont tendance à égaliser dans une grande majorité des cas.

Le processus de séchage ou de durcissement

 
Les peintures à l’huile sèchent par oxydation, lorsque l’huile réagit avec l’oxygène dans l’air. Contrairement à l’acrylique, la gouache et l’aquarelle ou ces dernières sèchent par évaporation de l’eau.
Les pigments dans les peintures à l’huile sont dispersés dans l’huile, et peut-être dissous dans un solvant et que le solvant s’évapore lorsque la peinture sèche.
Cela laisse le pigment et d’huile derrière.
L’huile ne s’évapore pas, l’huile de lin, de carthame, etc. et les pigments s’oxydent, ce qui signifie qu’ils réagissent avec l’oxygène de l’air et durcir.
C’est pourquoi vous ne devriez pas vernir une peinture à l’huile avec un vernis traditionnel jusqu’à ce qu’elle soit complètement sèche. Et que ce n’est pas parce que votre peinture et sèche au toucher, qu’elle est sèche à cœur.
Et si vous vernissiez avant le séchage à cœur, vous empêcheriez à ce stade, votre peinture de sécher à cœur.

2 . Combien de temps faudrait-il pour qu’une peinture soit entièrement durcie / sec?

Comme, je vous l’ai dit plus haut, si vous avez fait des applications très minces avec des couleurs de la terre, votre peinture à l’huile stael100mh0peut être complètement sèche au bout de quelques mois, mais pour une peinture plus épaisse, il peut prendre six mois voir jusqu’à deux ans.
NB : certaines œuvres de Nicolas de Staël, qui peignait au couteau et en grande épaisseur, ne sont toujours pas sèches à cœur. 
Pour la plupart des artistes, une attente de 6 mois à un an avant de vernis, peut sembler un peu excessif, surtout si l’œuvre  est prévu pour une exposition.
Il y a une première solution, c’est d’appliquer un vernis à retoucher, ce vernis, qui restera temporaire, permet à la peinture de continuer à sécher à cœur. Par contre, il faudra tout de même vernir l’œuvre plus tard.
Si pressé, vous avez vendu l’œuvre, voyez avec votre acheteur pour qu’il vous rapporte l’œuvre le temps que vous la vernissiez, cela fera preuve d’une grande professionnalité de votre part.
 
Il y a quelques vernis synthétiques modernes qui sont maintenant fabriqués et qui ont l’avantage de permettre le processus d’oxydation qui aura lieu à travers une couche de vernis perméable, ce vernis sera appliqué sur une peinture à l’huile sèche au toucher.
Cela permet aux artistes de vernir leur travail après seulement quelques semaines, hou hou hou!

Quel est le pire qui pourrait arriver si vous vernissiez une peinture sèche au toucher mais pas complètement durci à l’aide d’un vernis traditionnel?

 
Le pire qui pourrait arriver serait que votre couche de vernis craque, car votre peinture continuerait à bouger se contracterait et occasionnerait de craquelure sur votre vernis. En outre, l’huile ne serait pas capable de durcir complètement de sorte qu’il n’aurait pas une liaison très solide entre les différentes couches.
Il est toujours conseillé de suivre les bonnes pratiques professionnelles pour la conservation de vos œuvres,  si vous utilisez vernis traditionnels.

3. Dois-je appliquer une couche d’isolation avec une peinture à l’huile?

 
Non, vous n’avez pas besoin d’appliquer une couche d’isolation pour une peinture à l’huile.
Une fois que la peinture à l’huile est suffisamment sèche, vous pouvez appliquer le vernis directement sur la surface de la peinture.
Par contre, dans le cas d’œuvre majeure, il est bon de poser avant un vernis isolant, avant de poser un vernis final. Cela permet d’enlever plus facilement le vernis protecteur en cas de nécessité, sans risque d’abîmer la couche picturale.

4. Qu’est-ce qui existe? – Vernis à l’huile traditionnelle ou synthétique

 

Vernis Traditionnel dur, naturel35408196

Les vernis au Copal et à l’ambre ont été utilisés par les maîtres anciens et ils sont considérés comme des vernis durs.
Ils sont d’une belle couleur or et en tant que tel, donnent un riche aspect brillant et émail, etc.
Toutefois, ils sont susceptibles de se fissurer, de jaunir abondamment et ils deviennent de plus en plus difficiles à enlever d’une peinture au fil du temps.
En général, ils sont plus difficiles à trouver ou ils n’existent tout simplement plus
Ces  vernis ne s’enlèvent pas avec un solvant tel que l’essence minérale ou de térébenthine. Ils doivent être dissous dans de l’huile chaude ce qui peut être un peu compliqué!
 
Les vernis Copal et Ambre véritables sont rares dans le monde d’aujourd’hui, mais certains fabricants spécialisés nous les proposent encore. (Pour les peintres nostalgiques de la vieille époque.)
 

Vernis Traditionnel naturel soupleVernis Dammar

 
Le vernis à l’huile dammar.
Le vernis Dammar (peut être orthographié Damar) et vernis mastic sont appelés vernis mous, ils se dissolvent dans des solvants comme la térébenthine et de l’essence minérale.
Cela signifie que ces vernis mous sont toujours amovibles de la surface de peinture à l’huile sans affecter grandement les couches de peinture dessous.
NB : Pour diluer le vernis Damar, idéalement vous devez utiliser de l’essence de térébenthine qui est mieux adaptée à un atelier séparé et bien ventilé. Pour un artiste qui travaille dans une pièce de sa maison ou son appartement, je vous conseille plutôt l’essence de pétrole inodore Esprit minéral, mais c’est moins efficace pour dissoudre les résines naturelles Damar.
La résine Dammar provient de la résine d’arbre et elle est plus pâle que la gomme Copal mais a une grande viscosité. Encore aujourd’hui, un aspect esthétique équivalant à celui des vernis durs historiques. Son problème principal c’est qu’il a tendance à jaunir avec le temps et en séchant, il devient plus fragile, en laissant votre toile plus susceptible de se fissurer si la toile est renversée.

Nouveaux vernis synthétiques:

 
vernis_satineLes vernis synthétique brillant, mat, satiné.
Les vernis synthétiques offrent beaucoup d’avantages par rapport aux vernis naturels traditionnels. Ils sont fabriqués à base d’une résine synthétique de type …..
Il dépose une couche transparente qui reste claire au fil du temps, donc non jaunissante et plus souple (moins de risques de craquelures).
Ils sont disponibles sous forme liquide ou en aérosol, sont facilement disponibles et rentables et ils viennent dans une variété de reflets, tels que mat, satiné ou brillant.
Ils s’enlèvent facilement en cas de nécessité.
Les Résines alkydes synthétiques telles que le vernis Schmincke fournit un brillant, non jaunissant, incolore très résistant. (plus similaire à un vernis dur) doit être appliqué après 8-12 mois.
Les Vernis acryliques ont un poids moléculaire élevé et ont tendance à offrir une meilleure surface de protection, une plus grande élasticité. Ils doivent être appliqués après 8-12 mois.
N’hésitez pas à me laisser ci-dessous, un commentaire, une expérience
 
A bientôt thierry
 
 

Comment fabriquer de la détrempe des Bénédictins PAul Sérusier

Aujourd’hui, j’aborde une nouvelle recette dans la série « les peintres et leurs techniques ».

Tout est venu d’un recherche sur un peintre qu’il est malheureusement peu connu du grand public, Maxime Mauffra, que j’ai découvert, cet  échange de missives entre Paul Sérusier et Maurice Denis.
Sur une des lettres, Paul Sérusier écrivait à Maurice Denis, et lui indiquait une nouvelle recette qu’il testait depuis un moment,  « La tempéra des Bénédictins ».
Cette recette m’a semblé bizarre, mais j’ai quand même pris le risque de la tester, Le résultat est très intéressant.
En voici le contenu tel que je l’ai retranscrit.

recette de la detrempe des benedictinsq1e mélange

50 œufs, bon cela fait beaucoup mais vous pourrez  diminuer la recette si vous en avez envie.
3/ 8 d’huile de lin ou de noix  (à cette époque je suppose qu’il mettait plutôt l’huile de noix)
1/8 d’essence de térébenthine
4/8 de Vinaigre
Mélanger les œufs en omelette, puis intégrer dans l’ordre ci-dessus, les ingrédients un à un , attention , bien les intégrer dans cet Serusier-pictureordre autrement c’est la catastrophe.

2e mélange

½ d’eau Tiède
1 demi coquille d’œuf de Savon Noir, (Personnellement, j’e conseil une cuillère à soupe)
Faire fondre le Savon noir puis attendre  le refroidissement complet du deuxième mélange.
Puis, mélanger au premier mélange.
Filtrer
Conserver dans une bouteille.
Vous pourrez vous servir de ce mélange comme un liant. Donc vous pourrez broyer vos couleurs avec.

Comment peindre au pastel comme Edgar DEGAS

Voici la deuxième vidéo de ma série  « Les peintres et leur techniques »
 
Cette fois ci, j’aborde Edgar Degas est sa technique, je devrai plutôt dire ses techniques.

Degas était très attiré par la technique de peintres Vénitien, et il a passé sa vie a cherché à se rapprocher d’eux.
edgar-degas

La détrempe

Il  a commencé par la peinture à la détrempe, qui est un mélange d’œuf  et de pigment ou de colle de peau et de pigment. Ce qui a été pour lui un désastre, le jour où il a essayé de faire la détrempe qu’avec le blanc de l’œuf.

Puis il a essayé la peinture à l’huile :

La peinture à l’essence sur papier, qui se fait en dégraissant l’huile en la posant sur un buvard, pour qu’il absorbe le maximum d’huile, puis on peint à l’aide d’essence de térébenthine.
La peinture sur papier huilé, là cela a été une véritable catastrophe, en effet, il faut enduire le papier d’huile de l’huile, puis vous venez peindre dessus, le contact, huile sur huile,  est très onctueux, et vous permettez une gestuelle inégalée. Mais l’huile a très vite fait de détruire le papier et de ternir l’ensemble de l’œuvre.

Dans un dernier temps, il a repris le Pastel.

Il a souvent utilisé ce médium pour faire ses croquis et esquisses, mais jamais comme œuvre à part entière.
Il a été assez novateur dans son approche du pastel, en l’utilisant en technique mixte, détrempe ou gouache + Pastel, comme dans son œuvre, les danseuses derrières le portant.
Dans cette œuvre, seul,  la peau, les cheveux et les tutus des danseuses sont peints au pastel, le reste l’a été à la détrempe ou à la gouache. Cela permet de diriger l’œil sur ce que Degas trouvait d’essentiel dans son tableau ici les danseuses.
Autre approche du pastel, la technique dit du pastel mouillé.

degas_chanson_des_chiensPlusieurs solutions étaient à la disposition de Degas :

1 – Tremper son bâton de pastel dans un mélange d’eau et de gomme arabique. Il utilisait cette technique souvent pour les rehauts de couleur.
2 – Il passait son dessin fait au pastel, sur une vapeur chaude, puis il reprenait  entièrement son dessin au pinceau, transformant son pastel en une pate à dessiner, c’est le cas de « la Chanson du chien ».
3 – Il projetait de l’eau bouillante sur certaines zones de son œuvre, pour les retravailler au pinceau.
 
 
 

Dernier point abordé dans cette vidéo le fixatif :f54d85b6

 
Degas fixait ses pastels à chaque étape. Il utilisait un fixatif de sa création, je devrais plutôt dire de la création de Luiji Chialiva. Il se compose de Caséine, d’eau et d’alcool méthylique.
Aujourd’hui vous pouvez trouve un fixatif se rapprochant de l’original, chez SpectraFIX, mais je ne sais pas où le trouver en France