Test : Le crayon Aquarellable Art-Crayon Mixed Média

 

Test produit, le crayon aquarellable ART CRAYON de la gamme Mixed Média de chez MARABU.


C’est bien conçu car vendu par pochette avec des harmonies de couleurs intéressantes.
C’est donc un crayon aquarellable, à grosse mine, ce qui est à la fois pratique, car cela ne casse pas, car la mine est tendre, mais à l’inconvénient pour les détails, pas toujours facile à appliquer.
 
Il possède un système qui permet de remonter la mine, quand elle commence à être usée, ce qui est pratique.
Contrairement à certains carrés aquarellables, vous ne vous en mettez pas partout sur les mains.
Vos mains restent propres.
Je l’ai trouvé extrêmement pratique pour faire des croquis, du style « Carnet de Voyage »
test, crayon aquarellable, art-crayon mixed média MARABU

Point négatif de l’Art-Crayon de Mixed Média ,

certains crayons ont la fâcheuse tendance à marquer, car même en revenant, immédiatement dessus avec un pinceau aquarelle, le trait reste présent à la vue.
A prendre en compte : Si vous faite un croquis et que vous laissez sécher, vous ne pourrez pas revenir dessus, avec un pinceau à lavis, la couleur est définitivement fixée.
Vous pouvez aussi, déposer un peu de couleur sur une palette et de vous en servir comme d’une aquarelle traditionnelle.

Mon avis sur le Art-crayon Mixed Média de chez Marabu ,

micedmedia
C’est produit de bonne qualité, avec une bonne pigmentation, mais je le privilégie plus pour faire des croquis, ou des carnets de voyage, plutôt que pour faire une aquarelle, ce n’est pas l’objectif premier du produit.
J’ai essayé le crayon sur trois supports différents,
Sur un papier aquarelle traditionnel trois cent grammes (300gr), j’ai beaucoup aimé le travaille sur le papier mouillé, technique « mouillé sur mouillé », là je trouve que le crayon peut donner toutes ses possibilités, toutes ses habitudes à  retranscrire, ce que l’on voit.
Sur un papier Kraft, fixé aux quatre coins par un collant,(voir la vidéo dans la vidéo), j’aime travailler sur le kraft, on peut garder un peu du papier, j’avais conseillé ce support à mon ami aquarelliste  Loic MOISAN, il l’utilisait pour ses Gouaches. Sur ce support, le crayon s’est comporté comme un chef.
Sur le carnet à Croquis, papier d environ deux cent grammes (200 gr), là c’est le papier qui a posé problème parce que je l’ai un peu trop mouillé, il a donc gondolé  L, mais c’est de ma faute(Snifff).
 

Amusez vous bien !

 

Cours sur le mélange des couleurs : Le rose chair

Cours sur le mélange des couleurs le Rose chair


Bon je démarrais cet article avec une mauvaise dénomination, car en effet, dois-je appeler ce rose, « le Rose Chair », après tout, j’ai beaucoup de lecteurs du monde entier.
Quelle va être la tête de mes lecteurs d’Afrique de l’ouest, du Maghreb ou même du Brésil, je ne pense pas que cette couleur chair, convienne bien à la pigmentation de leur peau.
Ici, je vais aborder la couleur qui vous permettra de faire le portrait d’un personnage  dit « Blanc ».
Cours sur le mélange des couleurs le rose chair

Le matériel nécessaire pour ce cours sur le mélange des couleurs le Rose chair.

  • Un Rouge Vermillon
  • Un Ocre jaune
  • Un Bleu outremer
  • Un Blanc

Si vous n’avez pas de Rouge vermillon, vous pouvez choisir un Rouge de Cadmiun clair, ou alors, vous pouvez faire vous-même le mélange avec un rouge primaire et un orange.

Premier Mélange,

Vous mélangez à part égale, le rouge orangé et l’ocre jaune.
Ensuite vous rajoutez une pointe de bleu outremer, la fonction du bleu outremer est de casser l’intensité de la couleur obtenue.
Ce mélange, et ce que j’appelle la BASE.
Cours sur le mélange des couleurs le ton chair
 
En partant de cette BASE, vous pourrez composer le portrait de vos rêves.
Vous pourrez ajouter du blanc pour parvenir à la couleur que vous avez besoin
Autrement, vous pouvez rajouter, du bleu pour continuer à casser l’intensité de la couleur, ou bien rajouter un peu de rouge orangé.
Maintenant, la balle est dans votre camp.
À vous jouer !

Peindre à la manière de Matisse

Vous avez été nombreux à me réclamer que je vous explique comment peindre à la manière de.

Aujourd’hui, j’aborde peindre à la manière de Matisse.


Je pense que pour peindre à la manière de … il faut d’abord, apprendre à connaitre l’artiste, sa vision de l’art et sa façon d aborder ses œuvres.
Matisse est né en 1869 dans le nord de la France à côté de Cambrai.
C’est un peintre que l’on pourrait classer de Fauve. Le fauvisme est un mouvement qui est né en 1905 et a fini de disparaître en 1910.
Mon dessin au trait est la traduction et la plus pure des EMOTIONS. @Matisse
Matisse est un théoricien de l’art, il a écrit beaucoup de textes sur sa technique et sa vision de l’art, il refusait de se classer comme peintre abstrait ou réaliste.
Il disait sur qu’il ne peignait ce qu’il voyait, mais plutôt ce qu’il ressentait.

Peindre à la manière de Matisse

Les points essentiels des œuvres de MATISSE :
C’est un Fauve (issu du mouvement fauvisme)
C’est un peintre de trait, dans la vidéo, vous allez voir qu’il avait l’art de faire ses dessins, avec un minimum de traits.
C’est un peintre de signe, pour lui les grands peintres possèdent un certain nombre de signes, pour les aider à peindre.
Par exemple, il utilise en règle générale trois signes pour former une bouche ou un œil.
Avant de commencer une toile, Matisse faisait beaucoup de croquis, pour essayer de retranscrire, justement son émotion.
Matisse avait la particularité de photographier ses tableaux à chaque étape de sa composition.
Peindre à la manière de Matisse
Et dans cette vidéo, vous voyez, chaque étape du très fameux nu rose.
Au départ, vous avez un tableau qui pour moi, me semble déjà parfait, et pourtant Matisse, reprend le dessin de tableau inlassablement, jusqu’à ce qu’il ait considéré que ce tableau retranscrit parfaitement la sensation, le sentiment qu’il éprouvait face à son modèle

Ma préférence huile ou acrylique


Petite vidéo pour repondre à la question de Gaby :
En passant, j’aurai voulu savoir ce que vous pensez de la peinture acrylique comparée à l’huile. Il semblerait qu’il y ait 2 camps. Certains artistes considérant la peinture acrylique comme une « sous peinture ».
( je précise bien que je ne suis qu’une amatrice en matière de peinture, une apprentie, et qu’il n’y a aucun piège).
Merci pour votre réponse et votre point de vue, si vous avez un peu de temps.
Il faut savoir qu’aujourd’hui, l’ensemble des médiums disponible dans les magasins Beaux-arts, sont tous de bonnes qualités, et peuvent être considérés comme produits nobles.
J’ai testé l’ensemble des médiums disponibles, dans le cadre de ma collaboration avec le magazine pratique des arts, huile , l’acrylique, le pastel à l’huile, le pastel sec, l’aquarelle et même l’encaustique.
Chacun de ces médiums m’a apporté un point de vue différent.
Toutefois ma préférence va à l’huile.
 
 

Aquarelle Facile, aquarelle pour tous

Note : Cet article invité est rédigé par Renata du blog les images 2 renata

L’aquarelle Facile, l’Aquarelle pour tous !

Avez-vous envie de colorier vos croquis et vous ne savez pas comment vous y prendre?
Cet article est destiné à tous ceux qui souhaitent commencer à utiliser cette technique, donc voici des conseils faciles et rapides à appliquer.
Bonjour cher/chère lecteur/lectrice du blog de Thierry. Je suis Renata, j’aime beaucoup dessiner et je propose des Ateliers Créatifs chaque semaine sur mon blog. Le but étant de dessiner pour le plaisir et se débarrasser des peurs. Merci Thierry de m’avoir invité pour faire un mini Atelier chez toi ! Dans cette vidéo vous pouvez voir comment je m’y prends, très simplement.
Son approche est tellement simple que l’on pourrait croire que c’est extrêmement facile… personnellement, je trouve que cette technique n’est pas si facile. Néanmoins, je vous ai fait une démo en vidéo ci dessous, pour vous montrer une approche super facile de l’aquarelle. Puis, comme pour tout, il faut en faire pour mieux maîtriser les couleurs avec la quantité d’eau.

Le matériel que j’ai utilisé :

■ Carnet de dessin ou block spécial aquarelle
■ 2 pinceaux petit gris N°9 et N°4
■ une petite boite d’aquarelle, avec 12 couleurs
■ Un chiffon ou « Sopalin »
■ Un verre d’eau
■ Sèche cheveux
■ Stylo (Bic et/ou Pilot)
aquarelle facile
Pour l’aquarelle on peu utiliser plein d’autres matériaux, comme par exemple les aquarelles en tube. De la gomme arabique qui sert pour réserver des zones pour qu’elles soient plus claires à la fin. On peut aussi avoir besoin du ruban crèpe pour coller votre feuille, sel, brosse à dents, une éponge.
Le Kleenex ou le Sopalin ne servent pas uniquement pour sécher ou nettoyer vos pinceaux, ils peuvent servir aussi pour faire les nuages, des vagues ou des textures.
Si vous voulez faire la texture des rochers, déployez du sel sur les parties mouillés. Avec la brosse à dents, vous pourriez rajouter encore plus d’éléments à cette texture.
Avec les éponges (vert et jaune) vous les découpez en petits morceaux de 4 x 4 et elles vous serviront à étaler la peinture, vous pouvez vous en servir pour faire un arbre.
Vous pouvez utiliser la technique de l’aquarelle sur du papier complètement mouillé ou comme dans mon exemple de la vidéo sur du papier sec. Vous pouvez peindre avec la peinture très diluée ou avec juste un tout petit peu d’eau.
aquarelle facile
Mais, quand je veux mettre en couleur mes dessins dans mon carnet, j’utilise des crayons de couleur aquarelables et un pinceaux avec réservoir d’eau. Parce que c’est plus rapide et le résultat est moins risqué.
Une fois fini, ils faut bien nettoyer vos pinceaux a l’eau et savon Marseille, puis leur re donner leur forme et ranger de façon à ce que les poils ne se déforment pas.
Aquarelle facile

Merci Thierry de m’avoir invitée et permis de faire cet article dans ton blog qui est pour moi une mine d’or grâce à tes conseils.

À bientôt, Renatales images 2 renata.com
_____________________________________________________
 
 

Ambre dissous : Les petits secrets de Blockx

La première fois, que j’ai entendue parler de l’ambre à peindre, c’est en lisant, un livre écrit par Salvador DALí, 50 ambre dissoussecrets magiques :

DALI considérait l’ambre dissous comme une substance miraculeuse : « Mes trente cinq ans d’expériences de peintre m’ont convaincu que c’est une erreur de mélanger n’importe quel vernis ou dissolvant aux huiles précieuses de vos couches ; le seul véhicule vraiment indispensable que, pour la première fois[…] je me permets d’appeler sublime, c’est l’ambre jaune liquide. » (Extrait de 50 secrets magiques de DALI aux éditions DENOËL – 1974).


Les maîtres flamands des XVème et XVIème siècles étaient parvenus à dissoudre l’ambre pour en faire des médiums et vernis qui conféraient à leurs œuvres une extraordinaire inaltérabilité. 

L’ambre fut fortement utilisé par les grands maîtres flamands du XVI et XVIIéme siècle (Van Dyck, Rubens, etc…) puis repris par les grands peintres contemporains (Dali, Magritte, etc…).
La plus grande difficulté, aujourd’hui à propos de l’ambre, c’est, comment l’utiliser.
Car oui, aucun artiste n’a laissé sa recette, par contre tous ceux qui l’ont utilisé n’en font que son éloge, aussi en terme d’utilisation et confort qu’en terme de rendu et de protection de leurs œuvres.
Parfois, des artistes contemporains vendent d’ailleurs plus leur technique que leurs œuvres en elles même.
La dureté, l’éclat, la couleur qui est propre à l’ambre, le classent au premier rang des corps résineux. 
C’est la société Blockx qui retrouva la technique pour dissoudre l’ambre sans en altérer ni les qualités, ni sa couleur.
ambre-dissous-_imagesia-com_t5a6_large
Il existe une autre société qui fabrique de l’ambre dissoute, aux USA, mais le produit, n’est pas vendu en France.
L’ambre dissous forme avec l’huile qui lui sert de véhicule un produit essentiellement gras et élastique qui ne se décompose pas. Après sa solidification, il devient corné et non pas cassant, ni friable. 
Comment utiliser l’ambre.
Comme, je vous l’ai dit ci-dessus, aucun artiste n’a voulu transmettre sa recette. Et après avoir pris contact, avec la direction de Blockx à ce sujet, je me suis aperçu quand réalité, il n’existait pas une recette, mais des recettes, autant de recettes que d’artistes.

L’ambre dissous, c’est cher.

Il est vrai que si vous empâtez un maximum sur vos toiles, alors là oui vous avez raison, l’ambre, c’est cher.
Mais si vous faites partie des peintres qui peignent tout en douceur, les hyperréalistes par exemple, là, je pense que l’utilisation de l’ambre, peut-être un véritable atout.
J’ai calculé, que le coût de l’utilisation de l’ambre se monte à environ 10 € au mètre carré.
Mais si nous partons du principe que vous n’êtes pas obligé de vernis après, le coût d’un vernis est, lui aussi, environ 10 € le mètre carré.

L’ambre dissous , comment ça fonctionne

L’important, c’est de comprendre le fonctionnement de l’ambre, pour créer votre propre recette.
Le principe de l’ambre en gros, c’est qu’elle a la particularité, d’enrober chaque particule de pigment, et donc de la protéger, mais aussi, d’en augmenter sa luminosité.
L’ambre oblige au complet respect de la fameuse règle de  » gras sur maigre « .
L’ambre convient tant à l’élaboration des fonds que des couches supérieures et rend inutile tout vernissage de l’œuvre achevée.
Mélangé aux couleurs, l’ambre modifie leur consistance et leur aspect, les teintes transparentes deviennent diaphanes, les terres de Sienne brûlée ou le bleu de Cobalt, qui sont des couleurs translucides, deviennent semi-transparentes, tandis que les tons opaques, comme le blanc de titane, paraissent plus clairs et plus lumineux.
Cette luminosité de l’ambre est due à son grand indice de réfraction et au fait qu’il resserre les pigments, concentrant ainsi leur intensité colorée.

L’ambre : Blockx nous dit

Que l’ambre ait été employé sous forme de vernis ou sous forme de solution, il constituera un médium idéal rendant superflu tout vernissage, en constituant une protection en épaisseur et définitive. 
Sur les tableaux peints à l’huile pure, l’ambre peut être utilisé comme vernis aussitôt que les couleurs sont sèches au point de ne pas être endommagées par la brosse. Il pénétrera alors la couche de peinture et fera corps avec elle. 
Un tableau verni à l’ambre n’est pas exposé aux dégâts qu’entraîne le dévernissage. Lorsque la couche d’ambre s’est complètement durcie, on ne peut l’entamer par le frottement, ni l’attaquer par les dissolvants.
On peut sans inconvénient repeindre un tableau peint ou verni à l’ambre.

Voici ma recette à vous de la modifier en fonction de vos attentes.

Je prépare le Médium suivant :
Ici, je suis sur un médium gras, qui séchera relativement lentement.
1 volume de térébenthine de Venise
1 volume d’huile de lin
1 volume d’essence de térébenthine
1/3 de volume d’ambre dissoute.
Je rajoute quelques gouttes d’essence d’aspic
La térébenthine de Venise procure à ce médium, la résine nécessaire, je dirai même indispensable. L’essence d’aspic est moins volatile que l’essence de térébenthine, elle est idéale pour les médiums à prise lente.
A ce médium préparé, je rajoute, un volume d’essence de térébenthine pour la couche primaire.
Et je rajoute, à ce médium, 1/3 de volume d’huile polymérisée pour la partie finale.
 
Attention, ce médium est un médium gras, que j’utilise quand je fais de la peinture réaliste, voire hyperréaliste, mais surtout pas en empâtement, car vous auriez des problèmes rapidement à cause des temps de séchage dû à l’essence d’aspic et dans un second temps à l’huile de lin polymérisée.
La mise en œuvre de l’ambre demande une véritable alchimie, les dosages des différents composants – térébenthine, copal, aspic, ambre, etc.…- sont de véritables secrets qui demandent de la part de l’artiste une concentration et une rigueur incomparables.
 

Comment choisir sa toile Lin, coton ou polyester

Aujourd’hui, je réponds à la question de ROBERT de Charente-Maritime.
«  Quelle est la meilleure toile pour un châssis »
Il est vrai que dans la plupart des magasins beaux-arts, vous avez un grand choix de toiles à peindre, et il est vrai que cela peut rendre notre achat plus difficile.

Vous trouvez souvent des châssis tendus avec des toiles :

  • Coton,
  • Polyester
  • Coton et polyester
  • Lin.

Comment choisir sa toile Lin, coton ou polyester

Il faut savoir qu’il y a une vraie querelle entre le lin et le coton, et beaucoup d’artistes pensent que le lin est vraiment meilleur, car la plupart des peintres français l’ont utilisé.
Mais l’une des premières choses qu’il faut savoir, c’est que nos artistes peintres consommer ce qu’ils avaient sur place. En effet, en France, nous cultivions du lin, contrairement aux États-Unis, qui eux cultivent le coton.
Nous avons commencé à voir apparaître du coton dans nos magasins, que vers les années 1980/1990, quand les fabricants étaient à la recherche d’un premier prix pour les châssis.
La problématique du coton, c’est sa sensibilité à l’hydrométrie, à l’humidité ambiante. Vous avez parfois, des ondulations qui apparaissent sur la toile, elle se détend.

La problématique du COTON

Autre problématique du coton, c’est qu’à force de tirer les prix, certains discounters, vous proposent des châssis dont la toile coton est si fine, qu’elle risque de percer au moindre coup de pinceau brusque.
Mais il existe des cotons très épais, moins cher que le Lin, est qui sont extrêmement solides, j’ai vendu pendant des années un coton, dit coton fort américain, et qui a fait plaisir à un grand nombre d’artistes bretons.

Le Polyester

Au départ, le polyester était tout simplement de la bâche tendue sur un châssis, mais aujourd’hui, ce sont des fibres de polyesters, qui sont tissées façon lin.
Ils sont solides, ne réagissent pas à l’humidité ambiante.
C’est Pébéo, qui a eu l’idée géniale de nommer sa toile polyester ARIANE, sans mettre en avant le mot polyester, qui en a fait un vrai succès. Aujourd’hui tous les fabricants de châssis ont suivi.
Le seul problème avec les toiles en polyester, c’est que nous n’avons pas le recul nécessaire sur la longévité de la toile, mais elle reste plus solide que le coton, regardez vos vêtements synthétiques !

Le Lin

Le produit phare des châssis, il reste un incontournable, sa texture, les sensations que l’on a quand on l’utilise, en fait un support de choix.
Son seul vrai handicap, c’est son prix, souvent élevé, il peut être inaccessible pour certaines personnes.

Mon AVIS

Si je dois choisir pour moi,
tout d’abord, je déconseille vivement , l’achat dans les magasins Discount, comme Gifi, La Foirfouille etc… non pas parce que ces magasins ne sont pas bien, mais simplement que leur choix de produits beaux arts, laisse à désirer.
Si vous avez un problème de budget, opter plutôt pour une toile coton, épaisse, ou toile polyester que vous allez tendre sur un mur ou un support bois. C’est l’option la moins chère avec le fait de fabriquer votre toile vous-même avec les draps de votre Grand-mère.
Le polyester est un très bon compromis. Car il est au même prix qu’un coton de bonne qualité, et vous n’avez pas le problème d’hydrométrie.
Mon favori reste le lin, car c’est un support qui réagit extrêmement bien avec l’huile mon médium préféré.